Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

RESTRICTION ALIMENTAIRE : Régimes yo-yo, risque cardio

Actualité publiée il y a 2 années 3 heures 2 min
Experimental Biology 2022
Les fluctuations du poids corporel résultant d'une réduction et d'une augmentation drastique des calories peuvent-elles entraîner des changements physiologiques qui augmentent le risque de maladie cardiaque ou de diabète plus tard dans la vie ? (Visuel Fotolia 115104168)

Les fluctuations du poids corporel résultant d'une réduction et d'une augmentation drastique des calories peuvent-elles entraîner des changements physiologiques qui augmentent le risque de maladie cardiaque ou de diabète plus tard dans la vie ? Oui, répond cette équipe d’endocrinologues et de nutritionnistes de l'Université de Georgetown à Washington : les variations spectaculaires de l'apport alimentaire et les carences nutritionnelles associées peuvent avoir des effets délétères sévères, à long terme sur la santé cardiovasculaire et le métabolisme. Ces conclusions d’une étude menée chez la souris, présentées lors de la Réunion annuelle de l'American Physiological Society : Experimental Biology (EB) 2022, alertent à nouveau sur les dangers des régimes de perte de poids, non surveillés par des professionnels de santé spécialisés.

 

La plupart des études sur le sujet, chez l’Homme ou chez l’animal, se sont concentrées sur les impacts à court terme de la perte de poids et moins sur les effets indésirables possibles des variations de poids sur la santé à long terme.

 

L’étude porte sur 16 souris, réparties en 2 groupes, dont,

 

  • l’un a reçu une quantité normale de nourriture tout au long de l'étude,
  • l'autre groupe a été contraint à 3 cycles de restriction alimentaire (60 % de l’apport alimentaire quotidien normal) suivis de 3 semaines de régime alimentaire normal.

À la fin de l'étude, les chercheurs ont évalué par échographie, le fonctionnement cardiaque et rénal des animaux et par tests sanguins, leur sensibilité à l'insuline. Ces analyses révèlent que :

 

  • les animaux qui subissent plusieurs cycles de restriction alimentaire et de perte de poids puis de reprise de poids corporel présentaient une fonction cardiaque et rénale dégradées à la fin de l’étude ;
  • ces mêmes animaux présentent plus de résistance à l'insuline, donc un risque plus élevé de diabète.

 

Pour l’auteur principal, le Dr Aline M. A. de Souza, chercheur à l'Université de Georgetown à Washington, « même si les animaux semblent être en bonne santé leur santé cardiaque et leur métabolisme sont affectés ». Ces conclusions ont des implications en santé publique, compte-tenu du succès actuel des régimes de jeûne intermittent mais également en regard des inégalités d’accès à la  à la nourriture et à des aliments variés, que ce soit au cours de la pandémie ou plus largement, pour des raisons économiques et pour les foyers plus démunis,

 

Ainsi, non seulement les personnes qui suivent des régimes très restrictifs pour perdre du poids, sans la surveillance d'un professionnel de la nutrition, et les personnes malnutries pour des raisons économiques, encourent un risque accru de maladie cardiométabolique.

 

« Plus le régime alimentaire est restreint ou restrictif, plus les résultats pour la santé peuvent être mauvais. Notamment en raison du risque élevé de carences nutritionnelles ».

 

D’autres recherches restent nécessaires pour décrypter les mécanismes biologiques en cause et pour valider ces résultats chez l’Homme, cependant les chercheurs émettent ici l’hypothèse que des modifications de l'expression génique (épigénétiques) en réponse à la restriction calorique ou aux carences pourraient altérer les voies biologiques qui régulent la pression artérielle et le métabolisme de l'insuline.


Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités