Actualités

SANTÉ CARDIOVASCULAIRE : Une condition de la santé mentale ?

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 1 jour
The Lancet Healthy Longevity
Un modèle basé sur l’intelligence artificielle prédit un vieillissement cérébral prématuré aux personnes qui souffrent de troubles cardiovasculaires à l’âge adulte (Visuel Adobe Stock 209246282).

Parmi les facteurs qui influent sur la santé mentale tout au long de la vie, émergent de plus en plus, au fil des études, les facteurs cardio ou cérébrovasculaires. Alors que la santé cérébrovasculaire a déjà été largement associée à la santé cognitive, cette étude d’une équipe de cardiologues et neurologues de l’University College London (UCL), présentée dans le Lancet Healthy Longevity prédit, à l’aide d’un modèle basé sur l’intelligence artificielle, un vieillissement cérébral et cognitif prématuré, aux personnes qui souffrent de troubles cardiovasculaires à l’âge adulte moyen.

 

L'auteur principal, le professeur Jonathan Schott, du Centre de recherche sur la démence de l'UCL, précise que l’étude constate que les participants, ayant pourtant des âges réels très similaires, ont présenté une très grande variation dans l'âge cérébral, tel qu’évalué par le modèle informatique.

 

Ainsi, un modèle d'apprentissage automatique nourri avec des données d’IRM, révèle ici plusieurs facteurs de risque de vieillissement cérébral prématuré, comme, la mauvaise santé cardiovasculaire, mais aussi le sexe …les hommes ayant également tendance à avoir un cerveau plus âgé que les femmes du même âge.

Un âge cérébral plus élevé est associé à des scores inférieurs aux tests cognitifs,

précisent les auteurs. Ainsi, tel qu’estimé par l’algorithme, l’âge cérébral prédit également une augmentation du rétrécissement du cerveau (atrophie) au cours des 2 années à venir, ce qui suggère bien que cette évaluation par IA de l’âge cérébral constitue un marqueur clinique de maintien ou de déclin cognitif.

 

L'étude : en appliquant cet algorithme aux données des participants de l’étude Insight 46, une cohorte longitudinale qui suit ses participants tout au long de la vie, les chercheurs ont pu rapprocher leur âge cérébral actuel à différents facteurs possibles de vieillissement cérébral. L’analyse constate que :

 

  • les participants avaient tous entre 69 et 72 ans, mais leur âge cérébral a été estimé de 46 à 93 ans ;
  • certains facteurs identifiés de vieillissement cérébral permettent d’expliquer environ un tiers de la variabilité de l'âge cérébral ;
  • une santé cardiovasculaire dégradée entre les âges de 36 à 69 ans est associée à une moins bonne santé cérébrale,
  • une augmentation de la maladie cérébrovasculaire telle que constatée à l'IRM (liée au flux sanguin et aux vaisseaux sanguins dans le cerveau constitue également un facteur majeur de vieillissement cérébral ;
  • l'hypertension artérielle à 36 ans ou à l’âge adulte moyen prédit également une moins bonne santé cérébrale plus tard dans la vie ;
  • aucune association n’est relevée entre la fonction cognitive à l'enfance, le niveau d'études ou le statut socio-économique et un vieillissement cérébral prématuré ;
  • un âge cérébral plus élevé s’avère associé à une concentration plus élevée des protéines légères des neurofilaments (NfL) dans le sang. NfL, due à des lésions des cellules nerveuses apparait de plus en plus, au fil des recherches comme un marqueur utile de neurodégénérescence.

 

Ainsi, l’étude commence à démêler la relation complexe entre les différents facteurs qui influencent la santé cérébrale tout au long de la vie. C’est aussi un nouvel exemple d’application de l'apprentissage automatique, et qui révèle ici en conclusion, qu’une mauvaise santé cardiaque en milieu de vie est liée à une plus grande atrophie du cerveau plus tard dans la vie.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème