Vous recherchez une actualité
Actualités

SOLEIL et U.V.: Optez pour la connaissance, pas pour l'insouciance

Actualité publiée il y a 4 années 10 mois 3 semaines
Prévention

De nombreuses études ont apporté les preuves scientifiques des effets cancérigènes des rayons U.V, classés comme « cancérogènes certains pour l’Homme » par l’IARC (International Agency for Research on Cancer). Parmi les principaux cancers cutanés associés au rayonnement U.V., le mélanome et le carcinome basocellulaire avancé, dont l’incidence reste en hausse, en particulier chez les plus jeunes et les hommes. Pourtant, il existe des mesures de prévention du cancer de la peau et de nouveaux outils intelligents, adaptés à la vie moderne et à la mobilité. Pour preuve, cette app mobile, PeauCible, développée par le laboratoire Roche, qui permet en temps réel, de connaître l’intensité du rayonnement U.V. du lieu où vous vous trouvez.

Le risque lié à l'exposition aux U.V. s'il est bien réel reste souvent négligé. Pourtant, l'incidence du cancer de la peau dont les principaux types sont le carcinome basocellulaire, le carcinome spinocellulaire et le mélanome malin double pratiquement tous les 10 ans. Le mélanome cutané constitue ainsi la 6è cause de cancer chez la femme et le 8è cancer chez l'homme. Entre 1980 et 2005, l'incidence du mélanome de la peau a été multipliée par 6.


Il existe des mesures préventives simples qui peuvent réduire considérablement ce risque de cancer, comme,

- l'évitement des heures les plus chaudes,

- le port de vêtements protecteurs et d'un chapeau,

- les applications régulières de crèmes solaires (indice de protection >15 en couche suffisante).

Ne pas utiliser les cabines U.V. fait également partie des principes de prévention de base : l'exposition aux U.V. artificiels ne prépare pas la peau à l'exposition solaire et une seule séance dans une cabine de bronzage U.V. correspond à une exposition de même durée au soleil de midi sur une plage très ensoleillée et sans protection solaire. En évitant l'usage des cabines U.V., 6% des cas de mélanomes cutanés pourraient être évités.

Mieux connaître sa vulnérabilité : le type de peau et les antécédents familiaux sont également des facteurs de risque à prendre en compte. Certains pigments de la peau, associés à une oxydation et des dommages à l'ADN favorisent ainsi le développement du mélanome.

Préférer la connaissance à l'insouciance : La nouvelle application PeauCible Protection Solaire sur

Iphone et PeauCible Protection Solaire sur Android, développée par Roche, permet de connaître en temps réel l'intensité du rayonnement U.V. du lieu où vous vous trouvez. Mais ce n'est pas tout, PeauCible vous rappelle les principaux conseils de protection et vous permet de les partager avec vos enfants et vos amis, sur la plage et durant vos vacances. Et, en plus, PeauCible vous offre un outil de gestion de vos rendez-vous médicaux.

Développée par une équipe du Laboratoire Roche, un laboratoire déjà fortement impliqué dans la prévention et les traitements du cancer, l'application PeauCible est un nouvel exemple d'application de nouvelle génération, permettant aux usagers de devenir acteurs de leur propre santé.

Auteur : Equipe de rédaction Santé log (Visuel@Roche))

Lire aussi : RISQUE SOLAIRE: A chaque type de rayons U.V., ses dommages à l'ADN de la peau -

Autres actualités sur le même thème