Vous recherchez une actualité
Actualités

SOLITUDE: A la fois facteur et conséquence de la maladie

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 1 semaine
Health Psychology

Alors que normalement, les épreuves de la vie devraient rapprocher, la maladie les éloigne parfois. Cette étude de l'Université Concordia montre ainsi que la maladie chronique contribue à l'isolement social et au développement d’un sentiment de solitude. Un effet qui n’épargne pas les couples les plus anciens, selon les conclusions, présentées dans la revue Health Psychology.

C'est le constat que dressent ces chercheurs canadiens, qui, à l'origine, avaient remarqué que de nombreuses études ont traité la solitude en tant que facteur de mauvaise santé et de développement des maladies, mais qu'il existe peu de preuves montrant que la maladie accroît la solitude. Meaghan Barlow, auteur principal et étudiante en maîtrise à Concordia s'est posé la question : « les personnes malades en viennent-elles à se sentir seules? »


Son étude révèle que c'est souvent le cas chez les personnes âgées, même si elles sont en couple depuis longtemps, voire depuis plus de 50 ans. En vieillissant, la qualité des liens sociaux influe sur la capacité à surmonter les conséquences d'une maladie grave. Cependant, le fait d'avoir un partenaire de vie pourrait ne pas suffire. C'est ce que l'étude constate, en suivant chaque 2 ans, durant 8 années, l'évolution du sentiment de solitude chez 121 personnes âgées de 64 à 83 ans. Précisément, l'analyse montre que la solitude augmente linéairement avec le temps chez les participants atteints de maladie chronique à niveau significatif, mais pas chez les autres participants.

A l'issue de l'étude, l'équipe définit des stratégies d'autoprotection pour réduire le stress lié à un grave problème de santé. Il s'agit, pour les malades,

· de réévaluer leur situation d'un point de vue positif,

· de ne pas s'en vouloir pour leur état,

· de rester socialement actifs autant que possible.

Bref, le diagnostic d'une maladie chronique ne devrait pas limiter la vie sociale.

La société a tout son rôle à jouer pour motiver la population vieillissante à rester socialement active. Rappelons cette étude de psychologues menée auprès de personnes âgées de 70 ans et qui montrait tout simplement que « se sentir vieux », c'est se sentir « encore plus mal » dans les sociétés peu accueillantes pour les plus âgés.

« Mais en ayant accès à différentes interactions sociales, les malades s'en voudront moins pour leur état de santé et de s'en remettront à leur partenaire et ux autres pour combler le vide qu'ils ressentent »

Source: Health Psychology Dec 22, 2014 Chronic Illness and Loneliness in Older Adulthood: The Role of Self-Protective Control Strategies.

Plus d'études sur la Solitude

Lire aussi: GÉRONTO: La solitude du patient âgé, un facteur prédictif de déclin et de décès –

Accéder au Dossier Perte d'Autonomie du Patient âgé – Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème