Vous recherchez une actualité
Actualités

STRESS, ANXIÉTÉ: Le paracétamol peut-il aussi soulager la douleur émotionnelle?

Actualité publiée il y a 6 années 5 mois 8 heures
Psychological Science

Indiqué pour la douleur physique, mais non indiqué pour la douleur morale, la paracétamol reste un médicament à prendre en fonction des indications, sous peine d’effets secondaires. Cette étude de l’Université de Colombie britannique (Canada) publiée dans la revue Psychological Science, montre, à l’aide de 2 expériences, qu’un type de paracétamol, le Tylenol, pourrait néanmoins, dans certaines situations, aider à gérer la détresse ou l’anxiété et à apaiser la douleur émotionnelle.

Le paracétamol est indiqué pour traiter la douleur et la fièvre mais n'a pas été testé ni approuvé pour traiter la douleur émotionnelle. Il ne doit donc pas être pris sur cette indication et il «serait irresponsable de ne pas mettre en évidence les risques de prendre du paracétamol en dehors de son utilisation approuvée », précisent les auteurs. Le paracétamol pris en quantités supérieures à la dose recommandée peut aussi entraîner des effets secondaires graves. Ici, l'étude a porté sur le Tylenol, un type de paracétamol et ses effets possibles de réduction de l'anxiété ou de l'angoisse existentielle.


Cette étude a testé 2 concepts, le besoin de compenser la détresse liée à la douleur émotionnelle et l'efficacité du paracétamol à réduire cette douleur émotionnelle. Dans la réalité, dans de nombreuses situations, il n'est pas possible de compenser de mauvaises expériences subies, en particulier parce qu'il est difficile d'identifier clairement ce qui nous met en état de détresse. Sur le plan neurologique cependant, le cortex cingulaire antérieur dorsal, la zone du cerveau qui répond à la douleur physique est également celle qui répond à «douleur sociale». L'hypothèse que le paracétamol puisse aussi réduire la douleur sociale ou émotionnelle, se tient.

Face à 2 situations génératrices d'angoisse : Deux groupes d'étudiants en psychologie ont été placés face à 2 situations génératrices d'angoisse existentielle, contempler leur propre mort et visionner un film surréaliste troublant (de David Lynch).

1. Contempler sa propre mort : 121 étudiants en psychologie, assignés au hasard à une seule dose de paracétamol (1g de Tylenol) ou placebo ont été invités à écrire au sujet de ce qui arriverait à leur corps après leur mort ou sur le sujet de la douleur dentaire (groupe témoin). Pour évaluer un peu plus tard leur « besoin de compensation » à la détresse, les participants ont été invités à lire un rapport d'arrestation hypothétique d'une prostituée et à fixer le montant de sa caution.

2. L'expérience du surréalisme : 207 étudiants répartis au hasard pour recevoir une dose de paracétamol ou un placebo ont visionné un court métrage surréaliste et inquiétant du réalisateur David Lynch ou un épisode des Simpsons (groupe témoin). Pour évaluer un peu plus tard leur « besoin de compensation » à la détresse, les participants ont été invités à fixer les sanctions en réponse à une émeute locale.

Les chercheurs constatent que le paracétamol peut émousser la réaction psychologique au stress.

· que les étudiants qui avaient pris du paracétamol ne recherchent pas autant la compensation, par la punition ou la vengeance par exemple,

· Ainsi, dans les 2 expériences, les participants placés en situation d'angoisse mais « sous paracétamol » montrent un besoin de compensation réduit, comparables aux participants des groupes témoins,

· les participants placés en situation d'angoisse et sous placebo montrent un besoin de compensation élevé préconisant des sanctions fortes envers les contrevenants.

Si cette étude n'est pas un feu vert pour prendre du paracétamol en cas d'angoisse existentielle et n'a à ce stade, aucune implication en pratique médicale ou au quotidienne, elle suggère bien que le Tylenol puisse, dans certaines situations, « émousser » la détresse liée à la douleur émotionnelle.

Source: Psychological Sciences online April 11 2013 doi: 10.1177/0956797612464786 The Common Pain of Surrealism and Death - Acetaminophen Reduces Compensatory Affirmation Following Meaning Threats (Visuel © mrjpeg - Fotolia.com)

Lire aussi: PARACÉTAMOL: Dangers et décès avec les surdoses prolongées -

Autres actualités sur le même thème