Vous recherchez une actualité
Actualités

STRESS : Un peu ne fait pas de mal

Actualité publiée il y a 5 mois 4 semaines 1 jour
Emotion
Une vie sans stress n’est pas totalement bénéfique (Visuel Fotolia 116745236)

Cette étude de psychologues de l’Université de Pennsylvanie rappelle qu’une vie sans stress n’est pas totalement bénéfique. Le stress est une expérience humaine universelle que tout le monde doit affronter de temps à autre. Cependant certaines personnes déclarent ne ressentir aucun stress. Si ces personnes sont plus susceptibles de connaître un meilleur bien-être quotidien et moins de problèmes de santé chroniques, l’étude, publiée dans la revue Emotion, suggère que ces personnes sont également plus susceptibles d'avoir une fonction cognitive inférieure.

 

L’auteur principal, David M. Almeida, professeur de développement humain à la Penn State suggère que de petits facteurs de stress quotidiens peuvent en effet être bénéfiques pour le cerveau : « l'expérience de facteurs de stress crée des opportunités de résolution de problèmes et si ces facteurs de stress ne sont pas plaisants, ils incitent à l’effort cognitif, et de plus en plus avec le vieillissement ». Ce n’est pas la première étude à suggérer qu’il faut sortir de temps à autre de sa zone « de confort » pour atteindre une zone d’amélioration cognitive, c’est une condition pour lutter contre le déclin lié à l’âge. Mais plus nombreuses sont les études qui ont corrélé le stress à un risque accru de nombreux résultats négatifs, comme la maladie chronique ou la réduction du bien-être émotionnel et de la qualité de vie.

Un stress modéré n’est pas « mauvais » pour la santé cognitive

L'hypothèse a toujours été que le stress est mauvais, rappelle l’auteur, qui a voulu regarder avec son équipe quel était le fonctionnement cognitif des personnes qui déclarent ne jamais avoir de stress. L’équipe a analysé les données de 2.711 participants qui ont passé un court test cognitif à l’inclusion. Ensuite, les participants ont été interrogés chaque nuit pendant 8 nuits consécutives sur leur humeur, les affections chroniques qu'ils pensaient avoir, les symptômes physiques ressentis, les activités suivies. Les participants ont également renseigné leurs facteurs de stress mais aussi les expériences positives vécues au cours des 24 heures précédentes. L’analyse constate

  • des avantages pour les personnes n’ayant signalé aucun facteur de stress tout au long de l'étude, soit environ 10% des participants ;
  • ces participants étaient moins susceptibles d'avoir des problèmes de santé chroniques et plus susceptibles d’être de meilleure humeur tout au long de la journée ;
  • mais ces mêmes participants ont aussi obtenu des résultats inférieurs au test cognitif et la différence par rapport à la moyenne obtenue par les participants correspond à près de 8 années d’âge ou de vieillissement cognitif, soulignent les chercheurs ;
  • enfin, ces mêmes participants s’avèrent moins susceptibles de donner ou recevoir un soutien affectif ou émotionnel, et moins susceptibles de vivre des choses ressenties comme positives au cours de leur journée.

Les événements négatifs et les événements positifs sont corrélés

Être confronté à de petits facteurs de stress quotidiens peut être aussi le marqueur d’une vie bien remplie, plus engagée et plus positive. Il n’est donc peut-être pas si bénéfique de toujours vouloir éviter le stress, conclut l’auteur :

«  Les facteurs de stress créent des défis dans nos vies,

expérimenter ces facteurs de stress fait partie de la vie, de l'expérience, de la découverte, avec de grands avantages cognitifs possibles. C’est la réponse au stress qui « compte ».  

Autres actualités sur le même thème