Actualités

TRAUMA CÉRÉBRAL : Le test sanguin qui prédit l’invalidité

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 6 jours
The Lancet Neurology
Un nouveau test sanguin capable de prédire l’invalidité voire le risque de décès (Visuel Adobe Stock 171229859)

Plusieurs équipes de recherche travaillent au développement de tests sanguins d’évaluation et de pronostic des lésions et des des suite d’un traumatisme cérébral. Cette équipe de biologistes et de neurologues de l’Université de Californie - San Francisco (UCSF) documente, dans le Lancet Neurology, un nouveau test sanguin capable de prédire l’invalidité voire le risque de décès. Un outil diagnostique précieux, qui va éclairer la trajectoire thérapeutique et dans les cas les plus graves, inciter à des interventions vitales plus « agressives ».  

 

Les chercheurs californiens, avec leurs collègues de l'Université de Pennsylvanie et du Michigan. Leurs résultats ont travaillé à un test capable d’indiquer la nécessité d'interventions chirurgicales rapides et d’orienter l’information des familles en cas de blessure dévastatrice. La détection de 2 biomarqueurs protéiques, , GFAP et UCH-L1, permet ici de déterminer quels patients sont à risque de complications et de décès. L’un des auteurs principaux, le Dr Geoffrey Manley, professeur de neurochirurgie à l'UCSF décrit ce test sanguin comme « facile à pratiquer, rapide et peu coûteux, mais également...

« à la fois diagnostique et pronostique ».

L’étude TRACK-TBI, centrée sur les lésions cérébrales et leurs conséquences, a analysé les prélèvements sanguins du jour du traumatisme, de 1.696 victimes, à 66 % des hommes et âgés en moyenne de 39 ans. Les résultats de ces tests sanguins ont été rapprochés des évaluations des patients à 6 mois, telles que classées par niveau : décès (niveau 1), guérison complète avec reprise d'une vie normale mais déficits mineurs dans certains cas (niveau 8).

 

  • 1 patient sur 5 est décédé ou a conservé un handicap sévère ;
  • 6 mois après la blessure, 7 % des patients étaient décédés, 14 % avaient une « évolution défavorable », avec des blessures de niveau 2 à 4 allant de l'état végétatif à une incapacité grave nécessitant un soutien quotidien ;
  • les 67 % participants restants présentaient un « rétablissement incomplet » allant d'incapacités modérées nécessitant une assistance à l'extérieur du domicile, à des déficits neurologiques ou psychologiques invalidants mineurs ;
  • les tests sanguins du jour du traumatisme révèlent une forte capacité de prédiction du décès à 6 mois, 87 % pour le marqueur GFAP et 89 % pour UCH-L1 ;
  • une forte capacité de prédiction d’une invalidité grave : 86 % pour GFAP et l'UCH-L1 ;
  • mais une moindre précision à prédire une récupération incomplète par rapport à une récupération complète : 62 % et 61 %, respectivement ;
  • Combinés, les 2 marqueurs peuvent permettre de guider les décisions thérapeutiques mais aussi orienter les discussions avec les familles.

 

« Les soins de traumatologie modernes peuvent donner de bons résultats dans les cas que nous pensions autrefois être des blessures sans survie ou à très mauvais pronostic »

Plus sur le Blog Diagnostic

Autres actualités sur le même thème