Actualités

VARIOLE du SINGE : Bientôt un kit de test de détection

Actualité publiée il y a 6 mois 2 semaines 5 jours
Mayo Clinic
Bientôt un kit de test de détection de la variole du singe ou « monkeypox », qui permettra d’augmenter l'accès au dépistage en contexte communautaire (Visuel Mayo Clinic)

Ces virologues et immunologues des Mayo Clinic Laboratories lancent, avec le soutien des Centers for Disease Control and Prevention, un kit de test de détection de la variole du singe ou « monkeypox », ce qui permettra d’augmenter l'accès au dépistage en contexte communautaire, pour cette infection virale rare. Les premiers tests du kit sont en cours.

 

Le monkeypox humain (MPX) est une maladie zoonotique causée par le virus « MPXV », caractérisée par un tableau clinique proche de la variole. Endémique dans certaines régions d'Afrique centrale et occidentale, le monkeypox n'est pas une maladie à déclaration obligatoire dans l'UE. De 2018 à fin 2021, 12 cas de MPXV associés à des voyages ont été signalés en dehors de l'Afrique. Depuis 2022, pour la première fois, de nombreux foyers ont été signalés dans les États membres de l'UE zvec plus de 3.500 cas dans le monde, et à ce jour près de 500 cas ont été répertoriés en France.

 

Il n'existe actuellement aucun traitement homologué pour la maladie et les données sur la durée de sa contagiosité sont limitées. On estime cependant que :

  • la période d'incubation s’étend de 5 à 21 jours ;
  • la transmission s’effectue de l'animal à l'homme, généralement par une morsure d'animal ou par la consommation de viande mal cuite. Dans certains cas également, le virus peut se propager par transmission interhumaine ;
  • les symptômes comprennent la fièvre, des éruptions cutanées et le gonflement des ganglions lymphatiques ;
  • l’excrétion virale se poursuit pendant au moins 3 semaines après l'infection.
  • les complications connues comprennent une inflammation des poumons, une inflammation du cerveau, une inflammation de la cornée menaçant la vue et des infections bactériennes secondaires.
  • les taux de mortalité publiés varient considérablement, entre 1 et 10 % dans le bassin du Congo et moins de 3 % au Nigeria. La plupart des décès survenant chez les enfants et les personnes vivant avec le VIH.

L’accès rapide au dépistage est primordial

Les équipes de la Mayo Clinic ont travaillé en collaboration avec les Centers for Disease Control américains pour valider ce test et pouvoir apporter aux patients des réponses précises et rapides. Le Dr William Morice II, président des Mayo Clinic Laboratories, rappelle le caractère essentiel de l’accès aux tests, y compris en communautés, pour lutter plus généralement contre les maladies infectieuses. Cela permet de réduire la propagation des maladies infectieuses et d’initier rapidement les traitements.

 

Les premiers tests vont être effectués à Rochester, à la Mayo Clinic, dans un département expert dans le dépistage des maladies infectieuses rares, qui augmentera sa capacité selon les besoins. Les patients pourront accéder aux tests par prescription de professionnels de santé. Les patients qui présentent des symptômes devront consulter et s’isoler.

 

L’objectif à terme est de disposer d’un test facilement utilisable en ville et dans les communautés.

Autres actualités sur le même thème