Vous recherchez une actualité
Actualités

ZIKA: L'épidémie pourrait durer encore 3 ans

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 6 jours
Science

L’épidémie à virus Zika, « partie pour durer 3 ans », c’est la conclusion de cette étude de l'Imperial College de Londres qui a exploré la dynamique de l'épidémie actuelle en Amérique latine puis modélisé la future propagation du virus. Mais ce n’est pas tout. Cette modélisation, présentée dans la revue Science, prévoit aussi une résurgence de l’épidémie, une dizaine d'années après la fin de l’épidémie actuelle et la diminution, avec l'arrivée de jeunes non encore exposés, de l'immunité de groupe (ou immunité de troupeau).

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Si l'analyse conclut que l'épidémie actuelle pourrait prendre fin dans 3 ans, avec des variations saisonnières basées sur les migrations de populations de moustiques, les auteurs soulignent néanmoins l'importance de développer de nouveaux vaccins et de tester de nouvelles interventions pour éliminer le risque d'autres épidémies, ou du moins, la poursuite de l'épidémie actuelle. Les chercheurs de l'Imperial College et de l'Université Johns Hopkins ont travaillé à partir des données de surveillance de Zika au Brésil, sur la durée de l'épidémie 2015-16, précisant le nombre de cas hebdomadaires suspects et confirmés en laboratoire. Ils reconstituent à partir des données la dynamique de l'épidémie actuelle et modélisent son évolution possible. Pour développer ce modèle et finalement calculer la future propagation du virus, ils utilisent les estimations du nombre moyen d'infections secondaires et le temps entre les cycles séquentiels de l'infection. Enfin, ils prennent en compte l'impact de la mobilité humaine et du vieillissement de la population afin d'intégrer le facteur immunité.


Les principales conclusions comprennent :

· la fin de l'épidémie actuelle dans les 3 ans,

· des variations saisonnières sur la base de l'évolution des populations de moustiques,

· une immunité collective qui devrait préserver la population d'épidémie durant une période estimée à une dizaine d'années,

· au-delà de cette période d'immunité, d'autres grandes épidémies pourraient se reproduire, cependant les chercheurs les modélisent plutôt comme des vagues de 6 mois environ.

· En dépit de cette immunité de groupe, le risque pour les femmes enceintes resterait inchangé.

· Bien qu'il soit difficile de prévoir le calendrier des tours d'épidémies, l'analyse suggère de futures épidémies de virus Zika seront généralement durer moins de six mois.

Des résultats qui cherchent à dissiper les grandes incertitudes auxquelles les autorités sanitaires ont dû faire face mais suggèrent aussi que l'épidémie actuelle n'est pas immédiatement maîtrisable. Un appel donc à poursuivre les recherches et les interventions.

Rappelons qu'au 1er juillet 2016, le Brésil aura notifié 8.451 cas suspects de microcéphalie et d'autres troubles du système nerveux évocateurs d'une infection congénitale. En Europe, l'Espagne et la Slovénie ont également signalé des cas de malformations congénitales associés à l'infection à Zika importée après déplacement dans les zones touchées. Des cas ont également été détectés dans territoires de l'UE en Martinique, en Guyane française et en Polynésie française. Au 1er Juillet, des cas locaux ont été signalés dans 49 pays ou territoires à travers le monde et près de 1.000 cas importés ont été enregistrés dans 20 pays de L'Europe.

Autres actualités sur le même thème