Vous recherchez une actualité
Actualités

AVC : La réadaptation cardiaque "marche" aussi

Actualité publiée il y a 5 mois 3 semaines 5 jours
JAHA
La réadaptation cardiaque basée sur l'exercice aérobique est également efficace pour la récupération après un AVC (Visuel Adobe Stock 3066222122)

Cette étude pilote menée dans un système de santé multicentrique appellera certainement à mener des études plus importantes. Cependant, ces résultats préliminaires confirment que la réadaptation cardiaque indiquée pour la récupération de la crise cardiaque et basée sur l'exercice aérobique est également efficace pour la récupération après un AVC. Alors que ce type de réadaptation cardiaque axé sur l'exercice n’est pas prescrit actuellement aux survivants d'un accident vasculaire cérébral (AVC), l’étude, publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA), révèle sa grande efficacité à améliorer la résistance à l’effort et l’endurance et finalement ses bénéfices pour ce groupe de patients.

 

La réadaptation cardiaque est un programme d'exercices structuré pour les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, dont il a été démontré qu'il augmente l'endurance cardiovasculaire et améliore la qualité de vie. Malgré de nombreux facteurs de risque cardiovasculaire similaires, l'AVC ne fait pas partie aujourd’hui des indications de la réadaptation cardiaque. Ainsi, ce type de programme n’est pas proposé aux survivants d'un AVC.

L'inactivité physique est courante chez les survivants d'un AVC, 75% d’entre eux ne pratiquant pas selon les recommandations d'exercice (soit 150 minutes d'intensité modérée ou 75 minutes d'activité physique d'intensité élevée par semaine).

Améliorer les facteurs de risque contrôlables chez les survivants d'un AVC

Prévenir le risque de nouvel AVC ou d’autres événements cardiaques est l’objectif prioritaire chez les patients victimes de premier AVC, souligne l'auteur principal, le Dr Elizabeth W. Regan, professeur de science de l'exercice dans le programme de physiothérapie à l'Université de Caroline du Sud à Columbia : « L'augmentation de l'activité physique est un moyen important de prévenir les AVC et nous avons regardé si la réadaptation post-crise cardiaque pouvait également apporter des résultats positifs aux survivants d’un AVC ».

 

L’étude pilote a donc évalué les avantages d'un programme de réadaptation cardiaque chez 24 participants, âgés de 33 à 81 ans, victimes d’AVC dans les 3 mois à 10 ans précédant l’étude. Le programme de réadaptation cardiaque de 3 mois, comprenait des séances d'exercices aérobiques de 30 à 51 minutes 3 fois par semaine.

Au début et à la fin du programme, puis 6 mois plus tard, les participants ont été évalués pour leur fonction physique (endurance cardiovasculaire, force fonctionnelle et vitesse de marche) et d'autres mesures de santé dont de santé mentale. L’analyse montre :

  • une amélioration de 60 m environ de la distance de marche lors d'un test de marche de 6 minutes ;
  • une amélioration de la capacité à passer rapidement de la position assise à la position debout dans un test 5 X assis-debout soit une amélioration de la résistance à l’effort ;
  • une augmentation de la force des jambes, ce qui suggère une réduction du risque de chute ;
  • une amélioration du niveau d'équivalent métabolique de la tâche (MET), ou niveau maximal d'énergie générée pour effectuer une tâche spécifique (Ex : jogging = 7 METs) ;
  • ces améliorations sont maintenues à 6 mois ;
  • à 6 mois, 83,3% des participants poursuivaient cette pratique de l'exercice, à raison d’au moins une séance par semaine.

 

La réadaptation cardiaque permet donc d’aider considérablement les survivants d'un AVC à réduire un grand nombre de facteurs de risque de futur AVC ou de maladie cardiovasculaire.

 

Les auteurs font le vœu que la prescription d'une réadaptation cardiaque sera envisagée en routine et adaptée pour tous les patients post-AVC comme c'est le cas pour les patients post-crise cardiaque.

« L'exercice, c’est la santé, et il est important pour chaque personne, quels que soient ses limitations physiques ou son âge ».

Autres actualités sur le même thème