Vous recherchez une actualité
Actualités

AVK : La prise d'un anti-coagulant double le risque de décès en cas de traumatisme

Actualité publiée il y a 9 années 2 mois 3 semaines
Archives of Surgery

Le recours à la warfarine est associé à un doublement du risque de décès après des lésions traumatiques, selon l’étude publiée dans l’édition en ligne du 17 janvier des Archives of Surgery, l'une des revues du JAMA. L'impact de la prise d'anticoagulant sur le risque de décès est le plus élevé en cas de blessure à la tête chez les jeunes.

La U.S. Food and Drug Administration (FDA) estime aujourd'hui qu'environ 30 millions de prescriptions de warfarine sont réalisées chaque année. La warfarine est un anticoagulant anti-vitamine K (AVK), couramment utilisé pour la gestion à long terme et la prévention des maladies thrombo-emboliques, des événements associés à la fibrillation auriculaire, de la thrombose veineuse profonde, de l'embolie pulmonaire,…et parfois de l'infarctus du myocarde (crise cardiaque). En France, la coumadine est le médicament commercialisé contenant la warfarine.


Le recours à la warfarine de plus en plus fréquent : A partir de la base nationale américaine des traumatismes, le Dr. Lesly A. Dossett, du Vanderbilt University Medical Center (Nashville-Tennessee), et coll., ont étudié les données de plus de 1,2 million de personnes admises dans les centres de traumatologie entre 2002 et 2007. 36.270 patients de tous âges (3%) et 26.841 patients âgés de plus de 65 ans (9%) ont été classés comme utilisateurs de warfarine. La proportion totale des utilisateurs de warfarine passe de 2,3% en 2002 à 4%en 2006, et dans la population des 65 ans et plus, passe de 7,3% en 2002 à 12,8% en 2006.

Globalement, les utilisateurs de warfarine ont un risque de décès beaucoup plus élevé, à la suite de leurs blessures, par rapport aux non-utilisateurs (9,3% vs 4,8%). Les utilisateurs de warfarine étaient également plus susceptibles d'avoir des hémorragies (96% vs 87%), ont subi des blessures plus graves, en général. Les utilisateurs de warfarine ont également un risque plus élevé hémorragie intracrânienne (saignement dans le cerveau). Parmi toutes les personnes admises pour hémorragie intracrânienne, les utilisateurs de warfarine présentent un risque significativement accru de décès vs les non-utilisateurs (22%vs 18%).

"L'impact le plus profond est chez les jeunes patients atteints de blessures à la tête», écrivent les auteurs. "Bien que les patients âgés souffrant de blessures graves à la tête ont des taux de mortalité élevé en cas d'utilisation de warfarine, l'utilisation de la warfarine augmente le taux de décès après blessures graves à la tête de 50% chez les patients de moins de 65 ans."

« Ces données viennent confirmer d'autres études sur l'association prise d'anti-coagulant et risque accru de décès après un traumatisme», concluent les auteurs. Rappelons également que les AVK font partie des principales causes d'accidents iatrogènes.