Vous recherchez une actualité
Actualités

BOISSONS SUCRÉES: Taxer les sodas, quelle efficacité contre l'obésité?

Actualité publiée il y a 5 années 1 mois 1 semaine
BMJ

Cancer, diabète, asthme, BPCO, et même baisse de fertilité sont des risques déjà suggérés avec la consommation régulière de boissons sucrées et de sodas. Mais l’effet le plus documenté la contribution à l’épidémie d’obésité. Cette étude britannique en estimant qu’une taxe de 20% sur ces boissons pourrait réduire de 180.000 le nombre d'adultes obèses au Royaume-Uni, vient confirmer l’effet préventif significatif d’une fiscalité élevée sur ces boissons. Ces conclusions, qui viennent d’être publiées dans le British Medical Journal (BMJ), confirment en particulier que taxer les sodas impacte particulièrement les habitudes de consommation des jeunes.

Alors qu'en France, depuis 2011, la Loi de finances a instauré une taxe sur les sodas de 0,077€/l, le 24 octobre dernier, c'est une taxe plus élevée, d'1 €/l sur les boissons énergisantes, type Red Bull, déjà taxées à hauteur des sodas, qui vient d'être votée par les députés lors de l'examen du projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS 2014). Une nouvelle taxe qui doit encore être votée au Sénat et qui pourrait rapporter 60 millions par an. Cette étude britannique apporte ainsi des données précieuses, y compris dans le contexte français.


Les chercheurs des Universités de Reading et d'Oxford ont développé un modèle statistique (voir schéma ci-contre) pour estimer les effets d'une telle taxe sur la prévalence de l'obésité, à partir des données de consommation de 2 enquêtes, recueillies respectivement auprès de 5.263 et de 2.126 ménages britanniques et des données de poids (IMC) des études nationales Health Survey for England et Scottish Health Survey (2010). Leur modèle comportait 3 étapes principales, estimer l'effet de l'augmentation de la taxe sur ​​les achats, estimer l'effet de l'évolution des achats sur l'apport énergétique et estimer l'effet des modifications d'apports sur ​​l'IMC.

Sur la consommation des boissons sucrées, la moyenne obtenue –au Royaume-Uni- est de 123ml par personne et par jour ce qui représente un apport de 50 Cal par personne et par jour. Les jeunes âgés de 16-29 ans sont les plus gros consommateurs avec un apport calorique estimé à 107 Cal. /jour et par personne. La prévalence du surpoids et de l'obésité est de 26% au Royaume-Uni.

Leur conclusion, une taxe de 20%,

· diminuerait la consommation de boissons sucrées de 15%,

- soit une réduction moyenne de 4 Cal/jour et par personne,

- soit une réduction moyenne de l'IMC estimée à 0.23kg/m2.

· réduirait de 180.000 soit, 1,3%, le nombre d'adultes obèses au Royaume-Uni,

· réduirait de 285.000 soit 0,9%, le nombre d'adultes en surpoids et obèses.

Mais, résultat très positif, l'effet serai le plus significatif dans le groupe d'âge le plus jeune, soit les 16-29 ans. Une forte réduction de l'obésité serait également constatée dans le groupe de revenu le plus élevé (réduction de 2,1%).

Les chercheurs concluent ainsi que qu'une taxe de 20% sur les boissons sucrées réduirait de manière significative la prévalence de l'obésité, en particulier chez ​​les moins de 30 ans.

Source: BMJ 2013;347:f6189 October 31 2013 Overall and income specific effect on prevalence of overweight and obesity of 20% sugar sweetened drink tax in UK: econometric and comparative risk assessment modelling study (Visuel© goodluz - Fotolia.com)

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant
Troubles du comportement alimentaire

Accéder aux dernières actualités sur les Boissons sucrées, les Sodas

Autres actualités sur le même thème

Pages