Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIRURGIE BARIATRIQUE : L’indication clinique prévaut sur l’âge

Actualité publiée il y a 8 mois 2 semaines 1 jour
Pediatrics
Avec les bénéfices de mieux en mieux documentés de la chirurgie de l’obésité ou chirurgie bariatrique, se pose la question des interventions précoces, dès l’adolescence, en cas d’obésité morbide (Visuel Fotolia 185047841)

Avec ses bénéfices de mieux en mieux documentés, se pose la question de la chirurgie bariatrique pratiquée dès l’adolescence, en cas d’obésité morbide. Si quelques études y sont déjà favorables, cette nouvelle recherche, d’une équipe de pédiatres du Children's Hospital Colorado, soutiennent également que l'indication clinique doit primer sur l'âge uniquement, dans la décision de traitement. Ces conclusions, présentées dans la revue Pediatrics, font valoir l’importance d’apporter aux patients, même jeunes, la meilleure option pour retrouver un IMC normal afin de prévenir ou inverser les complications graves et à vie de l'obésité.

 

Les chercheurs rappellent ainsi quelques comorbidités de l’obésité, dont le diabète de type 2, le risque d'événements cardiovasculaires, de cancers multiples et la diminution de la qualité de vie. Aux Etats-Unis, lieu de l’étude, et selon les CDC, la prévalence de l’obésité à l’adolescence dépasse les 20%. Les complications de l'obésité entraînent une diminution de l'espérance de vie de 5 à 20 ans pour ces jeunes à IMC élevé.

 

Cette nouvelle recherche montre que la chirurgie bariatrique apporte des bénéfices équivalents aux adolescents obèses plus jeunes et plus âgés : une perte de poids similaire, une réduction de l'hypertension artérielle (HTA) et du taux de cholestérol, un effet bénéfique sur le régime alimentaire et une amélioration de la qualité de vie.

Chez l’adolescent souffrant d'obésité sévère, l'âge seul ne doit pas dissuader de subir une chirurgie bariatrique,

lorsque celle-ci est médicalement indiquée.

C’est la conclusion de Sarah B. Ogle, chirurgien au Children's Colorado : « La chirurgie bariatrique est devenue le traitement le plus sûr et le plus efficace de l'obésité sévère chez les adultes ; cependant, on en savait peu sur les avantages et les risques relatifs de ces procédures chez les adolescents plus jeunes par rapport aux adolescents plus âgés. Envisager l'option chirurgie chez les adolescents plus jeunes atteints d'obésité sévère réfractaire a plus de sens que de poursuivre des traitements inefficaces, compte-tenu des avantages avérés de la chirurgie. Cette étude est une étape passionnante vers la démonstration de l'innocuité et de l'efficacité de la chirurgie bariatrique chez les adolescents plus jeunes ».

 

L'étude a suivi 228 adolescents inscrits dans le Teen-Longitudinal Assessment of Bariatric Surgery (Teen-LABS), ayant subi une chirurgie bariatrique. 66 étaient âgés de 13 à 15 ans au moment de la chirurgie, 162 de 16 à 19 ans. Les participants ont ensuite été évalués à 30 jours, 6 mois, 12 mois, puis une fois par an, pendant 5 ans après la chirurgie. Les chercheurs ont comparé la perte de poids, la résolution des comorbidités, les anomalies nutritionnelles et la qualité de vie entre les adolescents plus jeunes et plus âgés participant à l'étude. L’analyse révèle :

  • l’absence de différence significative dans la rémission de l'hypertension artérielle ou de l'hypercholestérolémie entre les groupes d'âge ;
  • la perte de poids et la qualité de vie apparaissent similaires entre les 2 groupes ;
  • les adolescents plus jeunes sont moins susceptibles de présenter un taux de transferrine élevé – qui  peut indiquer une carence en fer et/ou en vitamine D.

 

Alors que les adolescents plus jeunes sont moins souvent considérés comme éligibles à la chirurgie en raison de leur âge, cette analyse suggère que les médecins apportent un peu moins d’attention à l’âge et donnent la priorité au retour à un IMC normal. Le Dr Thomas H. Inge, chercheur principal du Teen-LABS conclut : « Bien que ces résultats soient prometteurs, une étude à plus long terme sur cette intervention précoce est nécessaire pour évaluer pleinement son efficacité à inverser les effets tardifs de l'obésité infantile sévère ».

Autres actualités sur le même thème