Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Anosmie, dysgueusie… et perte auditive aussi ?

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 1 jour
International Journal of Audiology
La perte auditive, un signe sensoriel caractéristique de l’infection ? (Visuel Adobe Stock 222633264).

De nombreuses études ont déjà documenté des symptômes de perte sensorielle chez les personnes atteintes de COVID-19, précisant que la perte d’odorat qui se développe environ le 3è jour suivant l’infection va jusqu’à toucher plus de 85% des personnes atteintes de formes bénignes de la maladie. La dysgueusie ou perte de goût a également été signalée chez un peu moins d’un patient positif sur 3 et ce symptôme indique un risque multiplié par 10 d’infection COVID-19. Cette nouvelle étude à paraître dans l’International Journal of Audiology ajoute la perte auditive à ces signes sensoriels caractéristiques de l’infection.

 

Ainsi la perte auditive vient rejoindre la perte d’odorat et de goût en tant qu’indices de COVID-19 selon cette revue systématique de la littérature menée par des scientifiques de l'Université de Manchester et du Manchester Biomedical Research Center. L’auteur principal, le Dr professeur Kevin Munro et le chercheur Ibrahim Almufarrij ont ainsi identifié pas moins de 56 études confirmant cette une association entre le COVID-19 et des problèmes auditifs et vestibulaires. Les auteurs précisent que leur analyse est basée essentiellement sur des données autodéclarées ou extraites de dossiers médicaux plutôt que sur des résultats de tests auditifs.

Un effet neurologique du COVID-19 ?

Les données de 24 des études ont été consolidées pour estimer que la prévalence de ces troubles, soit :

  • perte auditive : 7,6%,
  • acouphènes : 14,8%,
  • déficit vestibulaire (vertige) : 7,2%.

 

« Il est urgent de mener une étude clinique et diagnostique avec une méthodologie rigoureuse pour comprendre les effets à long terme du COVID-19 sur le système auditif et pouvoir considérer la perte auditive comme un indice d’infection possible".

 

Le résultat n’est pas très surprenant, non seulement en raison des conséquences neurologiques déjà documentées du COVID chez de nombreux patients, mais aussi des preuves montrant que d’autres virus tels que la rougeole, les oreillons et la méningite peuvent également provoquer une perte auditive.

 

Une étude sur une durée de suivi d'un an est actuellement en cours pour préciser l'impact à long terme possible du COVID-19 sur l'audition chez des patients hospitalisés pour COVID-19.

Autres actualités sur le même thème