Actualités

CRISE CARDIAQUE : L’ARNm pour réparer et régénérer les cardiomyocytes

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 6 jours
The Journal of Cardiovascular Aging
C'est une « stratégie clinique puissante » pour le traitement des maladies et des crises cardiaques (Visuel Adobe Stock 139996144)

L’équipe de biochimistes de l’université de Houston décrit une « stratégie clinique puissante » pour le traitement des maladies et des crises cardiaques : une technologie unique en son genre qui non seulement répare les cellules du muscle cardiaque -ici chez la souris-, mais les régénère également après une crise cardiaque ou infarctus du myocarde. Publiée dans le Journal of Cardiovascular Aging, cette découverte révolutionnaire est qualifiée ici, dans le Journal of Cardiovascular Aging de « très prometteuse pour le traitement des maladies cardiaques chez l'Homme ».

 

La nouvelle technologie utilise de l'acide ribonucléique messager synthétique (ARNm) pour délivrer des facteurs de transcription mutés, soit des protéines qui contrôlent la conversion de l'ADN en ARN, au cœur … de souris. Jusque-là, « aucune équipe de recherche n’avait été capable d’aboutir à tel résultat » commente l’auteur principal, le Dr Robert Schwartz, professeur de biologie et de biochimie.

L'ARNm synthétique pilote la régénération cellulaire

Une première preuve in vitro : l'ARNm synthétique contribue à la croissance cellulaire, en livrant 2 facteurs de transcription mutés, Stemin et YAP5SA, qui fonctionnent en tandem pour augmenter la réplication des cardiomyocytes, ou cellules du muscle cardiaque, ici isolés des cœurs de souris. La démonstration est apportée à ce stade, in vitro sur des cultures tissulaires. Dédifférencier le cardiomyocyte en un état plus proche de celui des cellules souches lui permet de se régénérer et de proliférer : le facteur de transcription Stemin active les propriétés semblables aux cellules souches des cardiomyocytes. YAP5SA favorise et accélère la réplication des cardiomyocytes.  

 

Une autre preuve in vivo : Stemin et YAP5SA permettent enfin de réparer des cœurs de souris endommagés in vivo : les noyaux de myocytes se sont répliqués au moins 15 fois en 24 heures après des injections cardiaques qui ont délivré ces facteurs de transcription : « L’injection des 2 facteurs de transcription dans des cœurs de souris a produit des résultats étonnants. Les cardiomyocytes se sont multipliés rapidement en une journée, et un mois plus tard les cœurs étaient réparés et présentaient une fonction de pompage cardiaque presque normale, avec très peu cicatrices ».

 

Une délivrance mieux contrôlable : Un autre avantage de l’ARNm synthétique est qu'il disparaît en quelques jours par opposition à la délivrance virale. Les thérapies géniques délivrées aux cellules par des vecteurs viraux soulèvent plusieurs problèmes de biosécurité car elles ne peuvent pas être facilement arrêtées. La livraison basée sur l'ARNm, en revanche, s’inverse et disparaît rapidement.

 

Ces résultats sont particulièrement importants car

moins de 1 % des cellules musculaires cardiaques adultes se régénèrent au cours de la vie.

« La plupart des personnes meurent avec les mêmes cardiomyocytes que ceux qu’elles avaient déjà dès le premier mois de vie. En cas de crise cardiaque, les cellules du muscle cardiaque meurent et la capacité de contraction du cœur peut être perdue ».

Autres actualités sur le même thème