Vous recherchez une actualité
Actualités

IMPLANTS PIP: Le fondateur arrêté mais ses implants courent toujours

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 3 semaines
Europe 1

C’est avant 7 heures du matin, à son domicile, ce jeudi 26 janvier, qu’ont été interpellés Jean-Claude Mas, le fondateur des implants mammaires PIP et Claude Couty, l'ancien président du directoire de la société pour être placés en garde à vue, selon les informations diffusées ce matin par Europe 1. 500.000 femmes sont concernées dans le monde, en France plus de 2.000 plaintes ont été déposées.

Rappelons que l'affaire a officiellement démarré le 29 mars, avec la décision de l'Afssaps de retrait et de suspension de la mise sur le marché, de la distribution, de l'exportation et de l'utilisation des implants mammaires pré-remplis de gel de silicone de Poly-Implant Prothèse, une décision qui sera publiée le 19 mai au J.O. Le nombre d'incidents signalés à l'Afssaps dans le cadre de la matériovigilance concernant ces implants mammaires pré-remplis de gel de silicone avait alors augmenté de façon significative, du fait essentiellement de ruptures de l'enveloppe de la prothèse. A la suite des incidents déclarés, l'Afssaps avait établi que les implants étaient remplis d'un gel de silicone non médicalisé, différent de celui indiqué dans le dossier de conception présenté à l'organisme habilité à son marquage CE.


Poly-Implant Prothèse a reconnu dans un courrier du 29 mars avoir commercialisé des implants avec le gel PIP mais n'avait pu apporter d'éléments factuels probants et vérifiables. Depuis le fondateur Jean-Claude Mas, a reconnu les faits.

Par ailleurs, dès 2000, la FDA qui avait enquêté sur place à la Seyne-sur-Mer avait relevé des irrégularités dans le processus de fabrication de ces implants puis les avait interdits de marché aux US.

L'interpellation de Jean-Claude Mas est donc effectuée dans le cadre d'une information judiciaire, pour "homicide et blessures involontaires", étendue au chef de "blessures involontaires". A ce jour, plus de 2.000 plaintes ont été déposées. 30.000 femmes en France sont touchées par cette affaire, 40.000 au Royaume-Uni et récemment le Parlement européen a estimé à 500.000 femmes, le nombre de patientes ayant été implantées avec des prothèses de marque PIP ou « M » Implants, dans le monde.

Au 30 décembre dernier, 20 cas de cancer étaient recensés par l'Afssaps, sur des femmes porteuses de PIP et l'Afssaps recommande aujourd'hui l'explantation en prévention des implants PIP.

Autres actualités sur le même thème

Pages