Vous recherchez une actualité
Actualités

LAIT MATERNEL : La monolaurine, un super-antibactérien naturel !

Actualité publiée il y a 8 mois 1 semaine 6 jours
Scientific Reports
La monolaurine est peu coûteuse et apparaît un additif prometteur pour les préparations pour nourrissons.

Ce composé présent en forte concentration dans le lait maternel est un remarquable antibactérien naturel : il s’agit de la monolaurine ou monolaurate de glycérol (GML), un glycéride qui non seulement combat les bactéries nocives mais permet aussi aux bactéries bénéfiques de se développer. Après avoir découvert ce rôle clé, cette équipe de la National Jewish Health et de l'Université de l'Iowa n’a qu’une idée : ajouter ce composé au lait de vache pour lui conférer les mêmes propriétés antibactériennes. Car le GML est peu coûteux et apparaît un additif prometteur pour les préparations pour nourrissons.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Le lait maternel, un mélange complexe et en constante évolution de protéines, de graisses et de sucres, aide à protéger les bébés contre les infections bactériennes. Plusieurs études l’ont ainsi démontré, cependant les scientifiques ne sont pas tout à fait clairs sur la source de ses propriétés antibactériennes et sur les protéines qui confèrent cette protection contre l’infection. Une équipe interdisciplinaire de l'Université de Vanderbilt a montré que certains hydrates de carbone du lait humain apportent ces propriétés antibactériennes mais améliorent aussi l'efficacité des protéines antibactériennes présentes. Cette recherche identifie le rôle clé de la monolaurine ou monolaurate de glycérol, un monoglycéride, présent en concentration 200 fois plus élevée dans le lait maternel que dans le lait de vache.

La monolaurine en forte concentration explique la capacité antimicrobienne du lait maternel

Un antibactérien sélectif : Ces niveaux élevés de GML sont spécifiques au lait maternel humain et inhibent fortement la croissance des bactéries pathogènes, résume l’auteur principal, le Dr Donald Leung, professeur de pédiatrie : « Même si les antibiotiques sont une solution possible pour combattre les infections bactériennes chez les nourrissons, ils tuent également les bactéries bénéfiques ». En fait, le GML est beaucoup plus sélectif, il ne combat que les bactéries pathogènes tout en permettant aux espèces bénéfiques de se développer. Le GML semble donc très prometteur en tant qu’additif possible au lait de vache et aux préparations pour nourrissons.

 

La preuve contre Staphylococcus aureus : l’équipe montre ici que grâce à ces concentrations élevées de GML, le lait maternel humain inhibe la croissance de la bactérie pathogène Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis et Clostridium perfringens, alors que ni le lait de vache ni le lait maternisé n'ont aucun effet contre ces pathogènes. Le lait maternel humain n’inhibe pas non plus la croissance de la bactérie bénéfique Enterococcus faecilis. Ainsi, les bébés nourris au lait maternel humain présentent des taux élevés d'espèces bactériennes bénéfiques (bifidobactéries, lactobacilles et entérocoques).

En revanche, lorsque les chercheurs retirent le GML du lait maternel humain, celui-ci perd son activité antimicrobienne contre S. aureus. Lorsqu'ils en ajoutent au lait de vache, ce lait acquiert une capacité antimicrobienne.

 

Quelle action de GML ? GML inhibe l'inflammation des cellules épithéliales, qui tapissent l'intestin et d'autres muqueuses. Or l’inflammation peut endommager les cellules épithéliales et accroître ainsi la susceptibilité aux infections bactériennes et virales.

 

Un brevet vient d’être déposé afin de « faire » de GML un additif bénéfique dans le lait de vache et les préparations pour nourrissons.

Autres actualités sur le même thème