Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ, cause majeure du cancer du sein

Actualité publiée il y a 8 années 3 mois 3 semaines
British Journal of Cancer

Parce que les niveaux d'hormones sont fortement associés à l’obésité, celle-ci fait partie des facteurs de risque de cancer du sein les plus déterminants, avant la consommation d’alcool puis le tabagisme, conclut cette étude menée à l'Université d'Oxford et publiée dans l’édition en ligne du 19 juillet du British Journal of Cancer.

Cette étude a analysé, à partir de données portant sur plus de 6.000 femmes provenant de 13 études, comment un certain nombre de facteurs de mode de vie sont liés à des niveaux d'hormones chez les femmes ménopausées, ces niveaux plus élevés après la ménopause étant associés à un risque accru de cancer du sein. Sur les femmes qui n'ont pas eu le cancer du sein les chercheurs constatent que les niveaux d'hormones, oestrogènes en particulier, sont plus élevés chez les femmes obèses que chez les femmes plus minces. Par ailleurs, les femmes consommant 2,5 ou plusieurs unités d'alcool (20g +) par jour, ou fumant 15 cigarettes ou plus, présentent également des niveaux d'hormones plus élevés.


Selon les auteurs, la relation entre IMC élevé et niveaux d'oestrogènes élevés n'est pas nouvelle, et explique pourquoi les femmes ménopausées obèses ont un risque accru de cancer du sein. Mais ils ne savent pas préciser si c'est l'obésité qui augmente les niveaux d'hormones ou si ce sont les niveaux d'hormones qui contribuent à l'obésité chez les femmes. Certains cancers du sein sont hormono-dépendants, c'est à dire qu'ils sont alimentés par les hormones sexuelles, notamment oestrogènes. Les auteurs de l'étude expliquent que bien que le risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées soit connu pour être associé avec des niveaux d'hormones sexuelles, les facteurs qui déterminent les niveaux de ces hormones ne sont pas bien compris.

Les chercheurs ont étudié les données recueillies sur les niveaux de toutes les hormones pouvant avoir un effet sur le risque de cancer du sein, dont les estrogènes, l'androstènedione, la DHEA (sulfate et la testostérone. Les chercheurs ont également examiné une hormone appelée “Sex Hormone Binding Globulin (SHBG)” qui se lie aux hormones sexuelles et va déterminer leur activité. Ils ont également recueilli des informations sur les facteurs concernant la reproduction et autres facteurs de risque chez les femmes ménopausées, dont l'âge à la puberté, le type de ménopause, ainsi que le tabagisme, la consommation d'alcool et l'indice de masse corporelle.

En bref, les principales conclusions sont:

- La corrélation la plus forte se situe entre les niveaux d'hormones sexuelles et l'IMC,

- toutes les hormones sont à niveau plus élevé chez les femmes obèses vs les femmes minces,

- les femmes qui fument 15 cigarettes ou plus par jour présentent des niveaux plus élevés pour toutes les hormones vs les non-fumeuses,

- les femmes consomment 20g d'alcool ou plus par jour (environ 2,5 unités) présentent des niveaux plus élevés de toutes les hormones sauf la SHBG vs les femmes non consommatrices,

- les niveaux d'hormones ne sont pas liés de manière significative à d'autres facteurs de risque connus de cancer du sein.

Les chercheurs concluent que les niveaux d'hormones sexuelles, déjà connues pour augmenter le risque de cancer du sein, sont associées à plusieurs facteurs de risque connus don't principalement l'IMC, le tabagisme et l'alcool. Leur étude permet de comprendre comment ces facteurs de risque peuvent influencer les niveaux hormonaux.