Vous recherchez une actualité
Actualités

SÉDUCTION: Une femme rassasiée est plus réceptive aux approches romantiques

Actualité publiée il y a 4 années 1 mois 6 jours
Appetite

« Le chemin vers son cœur passerait-il par son estomac ? », titrent les auteurs. Le cerveau des femmes semble en effet plus à l’écoute des signaux romantiques lorsque l’estomac est plein plutôt que vide ; c’est la drôle constatation de ces chercheurs de l'Université Drexel (Philadelphie). Plus sérieusement cette étude d’imagerie des circuits du cerveau en rapport avec la faim et du système de récompense révèle un neuro-circuit commun à la nourriture et au sexe, avec une préférence, la nourriture, qui sensibilise encore plus à d’autres récompenses. Conclusions dans la revue Appetite.

Il s'agit d'une petite étude pilote qui a regardé, chez des jeunes femmes, comment le cerveau change, en réponse aux signaux alimentaires. Les chercheurs cherchaient à déterminer si la réponse de récompense du cerveau à l'alimentation diffère chez les femmes à risque d'obésité vs chez les femmes sans problème de poids.


Une appétence pour la nourriture plus élevée chez les femmes à problème de poids : Dans une précédente étude, publiée en 2014 dans la revue Obesity, les chercheurs avaient constaté que le cerveau des femmes rassasiées mais ayant des antécédents de régime répondait de façon plus spectaculaire aux signaux alimentaires que les femmes qui n'avaient jamais suivi de régime ou étaient au régime et donc ressentaient la faim.

D'autres études longitudinales ont suggéré que les femmes à risque de prise de poids, peuvent être prédisposées à désirer plus la nourriture que des femmes qui n'ont pas de problème de poids et n'ont pas besoin de régime.

Les antécédents de régimes pourraient donc induire une sensibilité particulière non seulement aux stimuli alimentaires, mais une fois ce désir comblé, à d'autres récompenses. Lorsque les chercheurs analysent par IRM l'activité cérébrale de femmes visionnant des photos romantiques, ils constatent que,

· les femmes ayant vécu des régimes présentent un modèle d'activité neuronale sensiblement différent de celui des autres femmes,

· un chevauchement des réponses cérébrales aux stimuli sexuels ou alimentaires,

· une activation du circuit de la récompense en réponse aux images romantiques, supérieure lorsque les participantes viennent de déjeuner.

Bref, les participantes étaient plus réceptives une fois nourries, explique le Pr Michael R. Lowe, professeur au Collège des Arts et des Sciences de l'Université Drexel et auteur principal de l'étude.

La satiété peut donc sensibiliser les Femmes à la récompense au-delà de la nourriture. « Le romantisme commence ainsi plutôt à cuisine que dans la chambre” écrivent les auteurs dans un communiqué de l'Université.

Source: Appetite August, 2015 doi:10.1016/j.appet.2015.06.022 The way to her heart? Response to romantic cues is dependent on hunger state and dieting history: An fMRI pilot study

Lire aussi: OBÉSITÉ: Ils reconstituent la voie de la faim dans le cerveau–

OBÉSITÉ: Un gène féminin du plaisir gustatif -

Autres actualités sur le même thème