Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAC: Il tue plus que prévu et là où on ne l'attendait pas

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 1 semaine
NEJM

La mortalité chez les fumeurs actuels est 2 à 4 fois plus élevée que chez les personnes n’ayant jamais fumé, rappellent ces chercheurs. Mais si c'était encore bien plus? Car cette surmortalité est très probablement sous-estimée, conclut leur étude. Car basée jusque-là sur 21 maladies, elle ne prend pas en compte les décès supplémentaires liés à d’autres maladies, pourtant bien associées au tabagisme. Cette étude qui revisite l’effet du tabac sur la mortalité, dans le New England Journal of Medicine, montre l’urgence d’accélérer les efforts de lutte antitabac.


Les chercheurs de l'American Cancer Society concluent ici que l'estimation actuelle du nombre de décès causés par la cigarette chaque année, soit 480.000 aux Etats-Unis en 2014 – est en fait très sous-estimé. L'estimation inclut en effet 12 types de cancer, 6 maladies cardiovasculaires, le diabète, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) dont la pneumonie et la grippe. Cependant d'autres maladies peuvent également augmenter les taux de mortalité chez les fumeurs. En particulier, ont été retenues parmi ces autres maladies, toutes les infections, le cancer de la prostate, du sein et certains autres cancers rares, toutes les autres maladies respiratoires ou encore la cirrhose du foie et l'insuffisance rénale.

Le Dr Brian Carter, auteur principal de l'étude et épidémiologiste à l'American Cancer Society révèle que les taux de mortalité des fumeurs associés à ces nouvelles maladies associées sont parfois plus élevés que ceux constatés avec les maladies déjà prises en compte. Aux seuls Etats-Unis ce serait environ 60.000 décès en plus qui seraient liés au tabac. En France, si l'on prend la base de 70.000 décès chaque année du tabac, cela correspondrait donc à près de 9.000 décès supplémentaires chaque année, jusqu'ici non associés au tabagisme.

Des conclusions qui sont basées sur la preuve scientifique récente, soit l'analyse des données de 421.378 hommes et 532.651 femmes, de 55 ans ou plus, suivis durant 11 ans et l'analyse des 181.377 décès recensés sur la période de suivi, en particulier des 16.475 décès constatés chez des fumeurs. Les résultats ont été ajustés en fonction de l'âge, l'ethnie, le niveau d'éducation, la consommation d'alcool (et la cohorte d'origine).

Les auteurs constatent que 17% de l'augmentation du risque de décès chez les fumeurs sont liés à des causes non encore associées au tabagisme. C'est ainsi qu'ils identifient 14 nouvelles causes de décès associés au tabagisme. Précisément, le tabagisme accroît de

· 100% le risque de décès par insuffisance rénale (RR : 2,0),

· multiplie par 6 le risque de décès par ischémie intestinale (RR : 6,0),

· par 2,4 le risque de décès de cardiopathie hypertensive,

· par 2,3 le risque de décès lié à une infection,

· par 2, le risque de décès lié à d'autres maladies respiratoires

· par 1,3 le risque de décès de cancer du sein,

· par 1,4 le risque de décès de cancer de la prostate

Autre résultat, celui-là plein d'espoir : l'excès de risque de décès associé à ces nouvelles causes identifiées diminue en fonction du nombre d'années d'arrêt du tabac, chez les anciens fumeurs.

La conclusion est évidemment la nécessité d'accélérer les efforts de lutte antitabac.

Source: NEJM February 12, 2015DOI: 10.1056/NEJMsa1407211 Smoking and Mortality — Beyond Established Causes

et American Cancer Society Smoking May Cause Even More Deaths Than Previously Thought

Plus de 50 études sur le Tabac

Autres actualités sur le même thème