Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAC: S'arrêter, même à 70 ans, c'est encore 4 années de vie de gagnées

Actualité publiée il y a 6 années 2 mois 2 semaines
ESC (Société européenne de cardiologie)

« Il n’est jamais trop tard pour arrêter » pourrait résumer cette étude présentée au Congrès 2013 de l’European Society of Cardiology. Car s’il faut s’être arrêté depuis 25 ans au moins pour se débarrasser totalement des effets de son tabagisme, plus on s’arrête tôt, plus ces effets se réduisent. Ensuite, même si on s‘arrête à un âge avancé, on gagne encore plusieurs années de vie. S’arrêter à 70 ans, c’est encore 4 années de vie de gagné.

De précédentes études ont montré qu'un tabagisme prolongé est associé à une perte d'espérance de vie de 10 ans environ, et que 25% des fumeurs seront tués par tabac avant l'âge de 70 ans. Cesser de fumer à 30, 40, 50 ou 60 ans, permettra de gagner, en moyenne, 10, 9, 6 ou 3 ans. Cette étude a regardé si cesser âgé apportait toujours des bénéfices et les a évalués.


C'est à partir des données de 7.000 hommes plus âgés, de 66 à 97 ans et en moyenne 77 ans participant à la cohorte britannique Whitehall et suivis durant 15 ans, que les chercheurs britanniques ont évalué le risque de décès toutes causes confondues et par cause en fonction de l'histoire tabagique des participants. Les facteurs de confusion, comme l'âge bien sûr, mais aussi les antécédents de maladies chroniques ont été pris en compte dans l'analyse. Au cours des 15 années de suivi, 5.000 des 7.000 participants sont décédés.

Les principaux résultats confirment l'impact sanitaire pérenne du tabac :

Le taux de décès chez les fumeurs actuels est de 50 % plus élevé que chez les non-fumeurs (HR : 1,50) toutes causes confondues,

· de 34% plus élevé en raison d'une maladie vasculaire (RR : 1,34),

· de 74% plus élevé en raison d'un cancer (RR : 1,74)

· plus que multiplié par 2, en raison d'une maladie respiratoire (HR = 2,39).

Le taux de décès chez les anciens fumeurs est de 15 % plus élevé que chez les non-fumeurs (HR : 1,15),

· de 24% plus élevé en raison d'un cancer (HR : 1,24)

· de 58% plus élevé en raison d'une maladie respiratoire (HR : 1,58).

Il faut 25 ans d'arrêt pour « remettre les compteurs à 0" :

Par rapport aux personnes n'ayant jamais fumé,

· les hommes qui ont cessé de fumer au cours des 25 années précédentes (dans l'étude la moyenne était de 14 ans) ont un taux de mortalité supérieur de 28% (HR : 1,28)

· les hommes qui ont cessé de fumer il y a plus de 25 ans n'ont pas de risque accru de décès (HR : 1,05).

Ainsi, l'espérance de vie moyenne à 70 ans est,

· de 18 ans chez les hommes qui n'ont jamais fumé

· de 16 ans pour les hommes qui ont arrêté de fumer avant l'âge de 70 ans,

· de 14 ans chez les hommes qui fument encore.

En conclusion, le tabagisme ne cesse d'augmenter le risque de décès chez les personnes âgées. Le risque chez les anciens fumeurs diminue au fil du temps écoulé depuis l'arrêt du tabac et il faut « attendre » 25 ans pour effacer l'effet du tabagisme sur le risque de mortalité prématurée. A 70 ans, un fumeur perd encore en moyenne 4 années d'espérance de vie. « Il n'est donc jamais trop tard pour arrêter ».

Source: The European Society of Cardiology (ESC) Smokers who survive to 70 still lose 4 years of life (Visuel © detailblick - Fotolia.com)

Accéder aux dernières actualités sur le Tabac

Autres actualités sur le même thème