Actualités

URGENCE CARDIAQUE : Toujours plus mortelle chez les femmes

Actualité publiée il y a 7 mois 3 semaines 3 jours
ESC Acute CardioVascular Care 2022
En cas d'urgence cardiaque, les femmes restent toujours plus à risque de décès que les hommes (Visuel Adobe Stock 223040221)

En cas d'urgence cardiaque, les femmes restent toujours plus à risque de décès que les hommes, conclut, à nouveau, cette étude présentée lors du Congrès scientifique Acute CardioVascular Care 2022 de l’European Society of Cardiology (ESC). Avec ytoujours la même explication : en cas de choc cardiogénique, les femmes sont moins susceptibles que les hommes de recevoir le bon diagnostic et un traitement adapté, conclut l’équipe de cardiologues de l’Université de Copenhague.

 

L’auteur principal, le Dr Sarah Holle du Rigshospitalet précise : « alors que nos participants, femmes et hommes ont présenté des caractéristiques cliniques similaires au moment de leur choc cardiogénique après une crise cardiaque, il semble que les cliniciens aient pris des décisions thérapeutiques différentes . Nos résultats suggèrent que les médecins et les professionnels de santé devraient être plus sensibilisés et mieux formés aux caractéristiques des crises cardiaques chez les femmes, ce qui permettrait d’avancer vers des résultats plus « équitables » ».

 

Le choc cardiogénique est une affection mortelle dans laquelle le cœur ne parvient soudainement plus à pomper suffisamment de sang pour fournir suffisamment d'oxygène aux organes du corps. Elle est généralement causée par une grosse crise cardiaque. On estime que jusqu'à 10 % des patients souffrant de crises cardiaques affectant une grande partie du cœur développent également un choc cardiogénique.

Seulement la moitié des patients subissant un choc cardiogénique survivent

L’étude s’est donc concentrée sur les différences de traitement et de survie entre les femmes et les hommes ayant subi une crise cardiaque et un choc cardiogénique. Les chercheurs ont nalysé les données cliniques, thérapeutiques et de mortalité de 1.716 patients , victimes d'une crise cardiaque avec choc cardiogénique, admis entre 2010 et 2017 dans 2 centres danois spécialisés.

 

  • 26 % soit 438 étaient des femmes ;
  • l'âge moyen des femmes était de 71 ans vs 66 ans pour les hommes ;
  • les caractéristiques des patients étaient similaires entre les sexes, à l'exception de l'hypertension et de la maladie pulmonaire obstructive chronique plus fréquentes chez les femmes ;
  • les femmes sont significativement plus susceptibles que les hommes d'être initialement admises dans un hôpital local (41 % de femmes vs 30 % d'hommes), tandis que beaucoup plus d'hommes ont subi un arrêt cardiaque hors de l'hôpital (48 % d'hommes vs 25 % de femmes) ;
  • lors du choc cardiogénique, les femmes et les hommes présentent des signes cliniques comparables en termes de pression artérielle, de fréquence cardiaque, de lactate plasmatique (un marqueur des niveaux d'oxygène dans les organes) et de fraction d'éjection ventriculaire gauche (fonction de pompe cardiaque) ;
  • concernant les traitements, des proportions significativement plus faibles de femmes reçoivent une assistance circulatoire mécanique (19 % de femmes vs 26 % d'hommes), des procédures mini-invasives ou chirurgicales pour rétablir le flux sanguin dans les artères bloquées (83 % de femmes vs 88 % d'hommes) et une ventilation mécanique (67 % femmes vs 82 % d'hommes) ;
  • les femmes sont moins susceptibles que les hommes de survivre à court et à long terme :
  • 30 jours après l'événement cardiaque, seulement 38 % des femmes sont toujours en vie vs 50 % des hommes ;
  • à 8,5 ans, 27 % des femmes sont toujours en vie vs 39 % des hommes.

 

Une analyse plus fine confirme un moindre recours à l'assistance circulatoire mécanique chez les patients de sexe féminin, associé cette réduction de survie à court et à long terme.

 

Selon les auteurs cardiologues, « il existe de plus en plus de preuves que les femmes souffrant de problèmes cardiaques aigus sont plus susceptibles de symptômes non spécifiques tels que l'essoufflement, les nausées, les vomissements, la toux, la fatigue et les douleurs dans le dos, la mâchoire ou le cou. Cela peut expliquer pourquoi plus de femmes que d'hommes sont initialement admises dans un hôpital local plutôt que spécialisé. Les médecins doivent être mieux informés des symptômes d’infarctus chez les femmes, autres que des douleurs thoraciques, afin d’opter plus rapidement pour le traitement adapté et améliorer le pronostic ».

 

La plupart des études menées sur le sujet, ont porté principalement sur des hommes. D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer précisément les interventions les mieux adaptées pour les femmes en état de choc cardiogénique.

Autres actualités sur le même thème