Vous recherchez une actualité
Actualités

AVOCAT : L’Avocatine B, un nouveau supplément anti-obésité ?

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 5 jours
Molecular Nutrition Food Research
Un composé spécifique de l’avocat inhibe certains processus cellulaires qui conduisent au développement du diabète

Inclure régulièrement l’avocat dans son régime alimentaire pourrait être l’une des clés pour échapper au diabète et à l’obésité. Enfin pas tout à fait, car, à "l'état naturel", il faudrait en consommer beaucoup. Cependant cette équipe de l’Université de Guelph (Canada) décrypte comment un composé spécifique de l’avocat, AvoB, inhibe certains processus cellulaires qui conduisent au développement du diabète. Des tests menés chez l’animal, puis chez l'Homme, et présentés dans la revue Molecular Nutrition and Food Research, montrent que la substance, concentrée sous forme de suppléments, est capable de réduire la résistance à l’insuline et est absorbée dans le sang sans effets indésirables sur les reins, le foie ou les muscles. C’est donc un nouvel antidiabétique et anti-obésité « naturel » en perspective.  

 

L’étude prend place au Canada où la prévalence de l’obésité est élevée : près d’un Canadien sur 4 est obèse, avec un risque élevé voire un diagnostic de diabète de type 2. La même équipe de recherche avait précédemment publié sur l’effet cytotoxique « anti-leucémie » de l’Avocatine B.

Avocatine B ou « AvoB », un composé de l’avocat contre la résistance à l'insuline

La résistance à l’insuline, à l’origine du développement du diabète, rend le corps incapable d'éliminer correctement le glucose sanguin et survient notamment lorsque les mitochondries, ou les centrales énergétiques cellulaires, sont incapables de brûler complètement les acides gras. Les chercheurs montrent que cette molécule adipeuse, « AvoB », présente uniquement dans l’avocat, neutralise l'oxydation incomplète du glucose dans le pancréas et réduit la résistance à l'insuline.

 

  • Dans une première phase, l’étude est menée sur des souris nourries durant 8 semaines avec un régime alimentaire riche en graisses pour induire l'obésité et la résistance à l'insuline. Durant les 5 semaines suivantes, la moitié des souris ont reçu AvoB en plus de leur régime riche en graisses. L’expérience montre que les souris supplémentées avec AvoB, prennent moins rapidement du poids et ont un poids moins élevé que les souris témoins. Par ailleurs, elles présentent une plus grande sensibilité à l'insuline, ce qui signifie que leur corps était capable d'absorber et de brûler le glucose et de bénéficier d’une meilleure réponse à l'insuline.

 

  • Dans une seconde phase, l’étude clinique menée chez l’Homme montre que AvoB en supplément d’un régime alimentaire occidental typique est absorbé en toute sécurité dans le sang des participants, sans affecter les reins, le foie ou les muscles squelettiques. L’équipe constate également une réduction du poids chez les participants, mais statistiquement non significative. Enfin, ce premier essai a déjà permis à l’équipe d’estimer la dose d'AVO à inclure dans la formulation du supplément.

 

L’innocuité d’un supplément d’AvoB étant donc confirmée, il reste à mener des essais cliniques pour tester son efficacité.

 

Et la consommation d'avocat au naturel ? Bien que les avocats aient déjà été présentés comme un aliment de perte de poids par de nombreuses études, les chercheurs pensent qu’une consommation « normale » d’avocats serait probablement inefficace, car leur concentration en AvoB est très variable et son absorption par l’organisme serait très probablement différente de celle associée à une supplémentation.

Mais l’avocat est un fruit bénéfique, rappellent les chercheurs, qui devrait être inclus régulièrement ndans une alimentation saine.

 

Autres actualités sur le même thème