Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER, ASTHME: Un risque accru pour les enfants battus

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 1 semaine
Journal of Behavioural Medicine

Si l’on en croit cette étude de l’Université of Plymouth, intéressante mais présentant quelques limites, un enfant battu ou insulté durant l’enfance aurait un risque accru de développer un cancer plus tard dans la vie. Au-delà, recevoir régulièrement des fessées pourrait également augmenter le risque d'asthme ou de maladie cardiaque. Ces conclusions, publiées dans l’édition du 29 septembre du Journal of Behavioural Medicine apportent des preuves supplémentaires, s’il en fallait, à l’importance des effets de la parentalité sur l'état de santé de l’enfant tout au long de la vie et…au caractère inacceptable des châtiments corporels. Cette étude a porté sur un échantillon de 700 adultes d’Arabie Saoudite, âgés de 40 à 60 ans, atteints de cancer (n=150), d’asthme (n=150) ou de maladie cardiaque (n=150) ou en bonne santé (n=250), interrogés sur la fréquence à laquelle ils avaient éventuellement été punis physiquement ou insulté verbalement, lorsqu’ils étaient enfants. A l’époque de leur enfance, la punition physique était encore autorisée dans les écoles de leur pays. La punition physique était désignée comme recevoir une fessée, l’insulte, comme des cris adressés à l’enfant. Les chercheurs ont ensuite évalué le lien avec les 3 types de maladies et fait la comparaison entre ces adultes malades et des témoins en bonne santé.

Cette étude a quelques limites, comme le caractère auto-déclaré des châtiments reçus durant l'enfance, donc des dizaines d'années plus tôt, la différence entre la culture d'Arabie saoudite et celle des pays occidentaux ou des facteurs de confusion possibles, comme de mode de vie ou socio-économiques, liés à la fois au fait de recevoir plus de punitions et au risque de maladies.


Les auteurs constatent que le châtiment corporel et l'insulte sont associés à un risque accru de développer un cancer, un asthme et une maladie cardiaque, à l'âge adulte. 32,3% des participants ont déclaré avoir été battus par leurs parents au moins une fois par mois ou plus, et 46,6% ont déclaré avoir été insultés une fois par mois ou plus. Les participants rarement punis étaient significativement plus jeunes, plus éduqués et avaient des parents également plus instruits.

· Après ajustement, la punition physique plus fréquente est associée à une augmentation significative de risque de,

- cancer (RR : 1,69), soit un risque accru de 69%

- maladies cardiaques (RR : 1,37)

- asthme (RR : 1,64)

· Les insultes verbales sont associées à une augmentation significative de risque de,

- cancer (RR : 2,09)

- maladies cardiaques (RR : 1,57)

- asthme (RR : 1,88)

L'augmentation du risque de cancer et d'asthme augmente déjà significativement, précisent les auteurs, avec le fait d'avoir reçu une fessée à la fréquence déclarée d'une tous les six mois.

Les chercheurs concluent que ces adultes (saoudiens) battus ou insultés durant l'enfance étaient plus susceptibles de développer un cancer, une maladie cardiaque et l'asthme. Ils expliquent ces résultats, suggérant que les coups et les insultes régulières créent un sentiment de menace chez l'enfant, ce qui suscite des réactions de stress qui auront des conséquences biologiques de long terme. Les châtiments corporels sont un facteur à combiner avec d'autres aspects de la parentalité qui peuvent affecter la santé à l'âge adulte.

Source: Journal of Behavioural Medicine online September 29 2012 Beating and insulting children as a risk for adult cancer, cardiac disease and asthma.

Lire aussi: PSYCHO: La fessée fait mal aussi à la personnalité -

Autres actualités sur le même thème