Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER : Avastin® en combinaison avec la chimio associé à un risque accru de décès ?

Actualité publiée il y a 9 années 8 mois 3 jours
JAMA

C’est la conclusion de cette nouvelle méta-analyse qui indique que comparativement à la chimiothérapie seule, l'utilisation du bevacizumab (Avastin®) dans le traitement du cancer en combinaison avec la chimiothérapie, est associé à un risque accru de décès lié au traitement, selon cet article publié dans l'édition du 2 Février de JAMA. Un risque de décès multiplié par 3,5 lorsque le bevacizumab est utilisé en association avec des agents chimiothérapeutiques courants comme les taxanes ou des agents anticancéreux dérivés du platine.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Le bevacizumab (Avastin®) a été approuvé en association avec la chimiothérapie pour le traitement de nombreux types de cancers avancés, y compris le cancer colorectal, le cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) et le carcinome à cellules rénales. "Même si un certain nombre d'événements indésirables mortels ont été rapportés chez des patients traités avec le bevacizumab, son rôle dans le développement de ces événements n'avait pas été définitivement établi. Ces données provenant d'essais sur le bevacizumab révèlent des résultats contradictoires en ce qui concerne les liens de la molécule avec ces événements, explique l'article.


Le Dr. Vishal Ranpura, de la Stony Brook University Medical Center (NY), et coll. ont réalisé une méta-analyse de 16 essais comparatifs randomisés publiés pour déterminer si le bevacizumab est associé à des taux plus élevés d'événements indésirables mortels chez les patients atteints de cancer. Ces 16 essais portent sur un total de 10.217 patients atteints d'une variété de tumeurs solides avancées. Ces essais ont été sélectionnés dans la méta-analyse car ils comparaient les données d'événements indésirables liés au bevacizumab en association avec la chimiothérapie avec ceux liés à la chimiothérapie seule.

L'incidence globale des effets indésirables mortels avec le bevacizumab s'élève à 2,5%. Par rapport à la chimiothérapie seule, l'adjonction de bevacizumab s'avère associée à un risque multiplié par 1,5 d'événement indésirable mortel. Cette association varie considérablement avec les agents chimiothérapeutiques associés, mais pas avec les types de tumeurs ou les doses de bevacizumab. Ainsi, le bevacizumab a été associé à un risque accru de 3,5 fois d'événement indésirable mortel chez les patients recevant des taxanes (paclitaxel, docétaxel) ou des agents anticancéreux dérivés du platine (3,3% vs 1,0%), mais n'a pas été associé à un risque accru lorsqu'il est utilisé conjointement avec d'autres agents.

Les principales causes de décès sont l'hémorragie (23,5%), la neutropénie (12,2%), la perforation du tractus gastro-intestinal (7,1%), l'embolie pulmonaire (5,1%), et l'AVC (5,1%).

Etant donné que le risque absolu de mortalité lié au traitement reste faible, l'utilisation du bevacizumab doit être considérée dans un contexte de soins de survie globale, écrivent les auteurs. Ils ajoutent que, parce que le bevacizumab est de plus en plus utilisé chez les patients cancéreux, il est particulièrement important pour tous les professionnels de santé et tous les patients de comprendre et de reconnaître le risque de mortalité lié au traitement et donc de surveiller de près les éventuels effets indésirables graves.

Rappelons que cette analyse est publiée alors que l'agence du médicament américaine, la Food and Drug Administration (FDA), suivie par l'Agence européenne (EMA), recommande de supprimer l'indication du médicament dans le traitement du cancer du sein. Cette recommandation intervient après examen des résultats de 4 études cliniques sur Avastin® menés chez des femmes atteintes de cancer du sein dont les données ne démontrent pas une amélioration de la survie globale chez ces patientes ou encore un ralentissement de la progression de la maladie. Par ailleurs, dans cette indication, le rapport bénéfice-risque serait fortement négatif avec des risques identifiés tels que l'hypertension, l'hémorragie ou encore des perforations dans certains organes. L'Avastin® reste néanmoins à ce jour indiqué pour le traitement du cancer du côlon, du rein, du cerveau et du poumon.