Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du SEIN et tumeurs cérébrales secondaires: Une combinaison repousse l'irradiation

Actualité publiée il y a 6 années 1 mois 1 semaine
Unicancer-The Lancet Oncology

Une nouvelle combinaison de deux molécules de chimiothérapie pourrait être proposée aux femmes atteintes de métastases cérébrales suite à un cancer du sein de stade avancé. Ce nouveau traitement pourrait permettre de retarder l’irradiation totale du cerveau actuellement prescrite. Ces résultats publiés dans l’édition du 2 novembre du Lancet Oncology ouvrent à ces patientes une nouvelle option thérapeutique avec moins d’effets secondaires.

Jusqu'à ce jour, le traitement standard pour les femmes atteintes de métastases cérébrales dans le cadre d'un cancer du sein avancé était l'irradiation totale du cerveau ou la radio-chirurgie stéréotaxique avec des effets secondaires neurologiques non négligeables.


Les femmes atteintes d'un cancer du sein vivent aujourd'hui plus longtemps et une partie d'entre elles va développer des métastases cérébrales, explique le Dr Thomas Bachelot, cancérologue médical au Centre Léon Bérard et auteur principal de l'étude. Ainsi, les patientes dont le cancer du sein est HER2-positif ont environ deux fois plus de risque de développer des tumeurs cérébrales secondaires. Avec cette nouvelle combinaison thérapeutique, ces patientes pourraient voir repousser de plusieurs mois l'irradiation totale du cerveau et les éventuels effets secondaires de la radiothérapie.

Les résultats de la phase 2 de l'essai clinique Landscape, montrent, auprès de 45 femmes atteintes d'un cancer du sein HER2-positif et de métastases cérébrales encore non traitées, que l'association de 2 molécules anticancéreuses (lapatinib et capecitabine) administrées quotidiennement par voie orale a permis de faire régresser la tumeur cérébrale chez 84% des participantes et de moitié ou plus pour 66% d'entre elles.

Repousser l'irradiation totale du cerveau de 8 mois : La moitié des patientes a eu des effets secondaires, mais pour la plupart, ces effets secondaires sont décrits comme tout à fait gérables et réductibles. Si le traitement a permis de repousser en moyenne l'irradiation totale du cerveau de 8,3 mois, les auteurs rappellent la nécessité d'une évaluation plus poussée pour confirmer les bénéfices cliniques en termes de survie, de fonctions cognitives et de qualité de vie.

Source: Communiqué Unicancer 2 November 2012 doi:10.1016/S1470-2045(12)70432-1 Lapatinib plus capecitabine in patients with previously untreated brain metastases from HER2-positive metastatic breast cancer (LANDSCAPE): a single-group phase 2 study

Accéder aux dernières actualités sur le Cancer du sein

Autres actualités sur le même thème

Pages