Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: Une petite sieste c'est un peu de mémoire en plus

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 6 jours
PNAS

«Dormir comme un bébé» est important pour la mémoire de l’adulte comme du tout petit. Si les nourrissons consacrent la majorité de leur temps à dormir, ce n’est pas pour rien, mais juste nécessaire à leur développement, en particulier durant la première année de vie. C’est ce que démontre cette nouvelle recherche de l’Université de Sheffield qui ajoute à la preuve du besoin de sommeil, chez les très jeunes enfants dont le cerveau est en plein développement. Avec une conclusion pragmatique, oui la sieste est utile au petit enfant, car ce petit laps d’endormissement lui permet de consolider tout ce qu’il a appris juste avant. De nouvelles données présentées dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) qui confirment de manière aiguë chez le tout-petit, le caractère indispensable du sommeil pour l’apprentissage, la mémoire et la plasticité cérébrale.

Certains chercheurs l'ont même appelé l'hypothèse « SHY » pour synaptic homeostasis hypothesis, une hypothèse qui suggère que le sommeil est le prix que nous payons pour apprendre. Une hypothèse qui part du principe que, du point de vue de l'évolution, le sommeil peut être un facteur de risque et de mise en danger. Cette hypothèse soutient que le sommeil, en contrepartie, réduit les liens entre les cellules du cerveau pour économiser l'énergie, limite le stress cellulaire et permet de maintenir la capacité des neurones à répondre sélectivement aux stimuli. D'autres théories suggèrent que le sommeil renforce les connexions du cerveau. Il faut citer cette recherche qui démontre, sur le jeune animal, que le sommeil permet même l'apprentissage de la motricité sans contrôle moteur : Des mouvements ou contractions musculaires involontaires durant le sommeil paradoxal vont activer des circuits cérébraux spécifiques du cerveau des nouveau-nés et contribuer à leur apporter une meilleure connaissance de leur corps, de leurs membres et ce qu'ils « peuvent en faire ». Cela, sans que le cerveau n'en ait lui-même conscience. Enfin, d'autres études ont suggéré que le manque de sommeil bloque la plasticité cérébrale en réduisant la formation de nouvelles dendrites, les portes d'entrées des neurones qui traitent et relayent l'information. Une autre étude a même associé le manque de sommeil à une perte irréversible de neurones. Enfin, une dernière étude a suggéré, avec le manque de sommeil, la formation de faux souvenirs ou d'une mémoire erronée. Bref, toutes les données concordent sur l'importance du sommeil pour l'apprentissage et la formation de la mémoire.


Cette étude de l'Université de Sheffield, qui a suivi 216 nourrissons âgés de 6 à 12 mois, a testé leurs capacités à se rappeler de nouvelles compétences, précisément sur la manipulation de marionnettes, avec et sans sieste.

L'analyse révèle que,

· les bébés aussi, apprennent mieux quand ils vont s'endormir sur leur apprentissage et que de courtes siestes de 30 minutes vont les aider à consolider les apprentissages effectués durant la matinée.

· Ainsi, les nourrissons qui ont fait la sieste après l'apprentissage se souviennent bien plus précisément des compétences apprises, en comparaison de nourrissons appariés pour l'âge et privés de sieste.

· Cette consolidation supérieure de la mémoire est toujours perceptible 24 heures après l'apprentissage.

· Mais attention, une sieste de moins de 30 mn ne permettra pas cette consolidation pérenne.

Ce sont des résultats concrets, structurants pour les parents et les éducateurs, car ils suggèrent que le meilleur moment de l'apprentissage pour le petit enfant se situe juste avant l'endormissement. On parle d'éveil de l'Enfant mais c'est justement lorsque l'enfant commence à se sentir fatigué, que l'apprentissage est le plus « efficace », commentent les auteurs. Alors pourquoi pas instaurer plusieurs siestes « flexibles » dans la journée afin de créer les conditions d'apprentissage optimales pour le nourrisson ?

Source: Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) December 16, 2014 doi: 10.1073/pnas.1414000112 Timely sleep facilitates declarative memory consolidation in infants (Visuel © Moiraff - Fotolia.com)

Plus d'études sur le Développement de l'Enfant

Lire aussi :

*SOMMEIL: Il permet l'apprentissage de la motricité sans contrôle moteur

MÉMOIRE et apprentissage: Le manque sommeil bloque irréversiblement la plasticité du cerveau -

Privation de SOMMEIL et distorsion de mémoire –

Le manque SOMMEIL blesse le cerveau de manière irréversible -

SOMMEIL et ALZHEIMER: Mieux dormir c'est ralentir le déclin cognitif –

Le SOMMEIL, le prix à payer pour apprendre –

SOMMEIL: Chaque nuit blanche est un peu de cerveau en moins -

Autres actualités sur le même thème