Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉVOLUTION: Les hommes responsables de la ménopause?

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 6 jours
PLoS Computational Biology

Est-ce simplement une préférence sexuelle des hommes pour les femmes plus jeunes qui, au fil de l’évolution, aurait privé les femmes plus âgées de leur fertilité, et entraîné la ménopause ? Car la ménopause est aussi un phénomène touché par l’évolution génétique et plusieurs théories cherchent à expliquer comment les gènes ont privé la Femme de sa fertilité à mi-parcours de vie. Une nouvelle théorie émerge avec cette étude canadienne. Conclusions complexes et discutables dans l’édition du 13 juin de PLoS Computational Biology.

A noter, la survie au-delà de la ménopause ou de la période de fertilité est une caractéristique presque spécifique aux humains avec de très rares exceptions chez les autres mammifères (baleines, chimpanzés). Les théories évolutionnistes suggèrent que la sélection naturelle ne devrait pas favoriser la survie au-delà de l'âge de la reproduction et il n'y a pas d'explication à l'exception humaine.


2 théories avaient jusque-là été proposées, celle qui fait de la ménopause le régulateur entre fertilité accrue et survie prolongée, la seconde selon laquelle les femmes âgées, post-ménopausées ne sont plus fertiles pour pouvoir aider à élever leurs petits-enfants.

Cette étude avance une troisième théorie, celle selon laquelle l'espèce humaine aurait, au commencement, bénéficié d'une fertilité prolongée, mais les hommes préférant s'accoupler avec des femmes plus jeunes, au fil du temps les mutations réduisant la fertilité féminine avec l'âge se seraient accumulées dans la population, aggravant cette baisse de la fertilité féminine avec l'âge donc entraînant finalement la ménopause.

2 scenarios et un modèle mathématique : Les chercheurs de l'Université McMaster (Ontario) ont choisi une méthode de modélisation informatique, pour examiner l'évolution de la fécondité sur une population d'hommes et de femmes et l'effet des préférences des hommes, sur la fertilité féminine, avec des hypothèses d'intervention de mutations, au fil des générations, qui affecteraient séparément la mortalité et la fécondité.

· Dans leur premier scénario, les hommes étaient fertiles toute leur vie, les femmes connaissaient (normalement) la ménopause, les hommes n'avaient pas de préférence sexuelle pour des femmes plus jeunes. L'introduction dans la population de mutations génétiques a réduit la durée de vie, mais pas la fertilité.

· Dans le second scenario, hommes et des femmes étaient fertiles toute leur vie. Les chercheurs ont introduit des mutations qui ont entraîné une réduction de la fertilité et d'autres mutations qui ont affecté la survie. Les chercheurs ont évalué l'impact de ce scénario, en particulier dans l'hypothèse –la leur- où les hommes avaient une préférence pour les femmes plus jeunes. Dans ce second scenario, les mutations réduisant la fertilité provoquent une baisse de la fertilité féminine avec l'âge et s'avèrent donc bien à l'origine de la ménopause, mais uniquement dans le cas où les préférences sexuelles (reproduction de l'homme) sont influencées par l'âge des femmes.

Les hommes responsables de la ménopause ??? Les chercheurs concluent ainsi que leur modèle suggère et suffit à démontrer que les préférences sexuelles des hommes pour les jeunes femmes seraient à l'origine de la ménopause. D'autres experts ont déjà répondu que c'était peut-être le contraire : La préférence sexuelle des hommes pour des femmes plus jeunes femmes s'explique aussi par leur plus grande « chance » de fertilité.

Source: PLoS Computational Biology doi:10.1371/journal.pcbi.1003092 online June 13 2013 Mate Choice and the Origin of Menopause

Accéder aux dernières actualités sur la Ménopause

Autres actualités sur le même thème

Pages