Vous recherchez une actualité
Actualités

GÉRONTO: La solitude du patient âgé, un facteur prédictif de déclin et de décès

Actualité publiée il y a 7 années 5 mois 2 jours
Archives of Internal Medicine

Vivre seul augmente à coup sûr le risque de décès chez les personnes âgées, et de plus de 40%, selon ces deux études publiées dans la même édition des Archives of Internal Medicine. Alors que la solitude n'est pas systématique prise en compte dans l’évaluation médicale du patient âgé, les auteurs recommandent aux médecins de la prendre en compte, pour pouvoir mieux détecter les personnes à risque de déclin fonctionnel et de perte d’autonomie.

La première étude a examiné la relation entre la solitude, le déclin fonctionnel ou perte d'autonomie et le décès des personnes âgées. L'étude constate, sur plus de 6 ans de suivi, que la solitude augmente bien le risque de mobilité réduite, le déclin fonctionnel puis le décès, ces risques restant le résultat de plusieurs facteurs, au-delà de la solitude, comme l'intégration sociale, le mode de vie et des facteurs de santé physique et mentale.


L'étude a porté sur des sujets âgés de 60 ans et plus, soit 1.604 participants, d'âge moyen de 71 ans et les chercheurs les ont interrogés pour savoir s'ils se sentaient exclus, isolés, sans aucune compagnie, et si cette solitude était rare fréquente ou permanente. Les chercheurs ont ensuite suivi le déclin fonctionnel (tâches du quotidien, autonomie, mobilité, force physique…) des participants sur six ans ainsi que les décès durant cette période. Ils ont ensuite ajusté ces données en teant compte des autres facteurs de risque possibles de décès.

Parmi les 1.604 participants, 59% étaient des femmes, 18% vivaient seuls et 43% ont déclaré se sentir seuls.

· La solitude est associée à un risque accru de décès au cours du suivi: 22,8% de ceux qui se sentent seuls sont décédés vs 14,2% de ceux qui ne se sont pas déclarés seuls (HR de décès : 1,45 IC : 95% de 1,11 à 1,88).

· La solitude est également associée au déclin fonctionnel :

- Difficultés et réduction des activités de la vie quotidienne (24,8% vs 12,5%, soit OR : 1,59)

- Mobilité et accomplissement de tâches liées au haut du corps (41,5% vs 28,3%, soit OR : 1,28)

- Réduction de la mobilité (38,1% vs 29,4%, soit OR : 1,18)

- Monter des marches (40,8% vs 27,9%, soit OR : 1,31)

Les chercheurs concluent que chez les personnes âgées de plus de 60 ans, la solitude est un prédicteur de déclin et de décès. Alors que l'évaluation de la solitude n'est pas systématique en pratique clinique, les auteurs recommandent aux médecins d'interroger les personnes âgées au sujet de la solitude pour pouvoir mieux détecter les personnes à risque de handicap et de perte d'autonomie.

Une seconde étude, de cohorte, confirme ces conclusions en associant solitude et risque accru de décès par maladie cardiaque étude de cohorte longitudinale examinant la relation entre la solitude, le déclin fonctionnel et la mort chez les personnes âgées.

Source: Archives of Internal Medicine Published online June 2012 2012;():1-7. doi:10.1001/archinternmed.2012.1993 Loneliness in Older Persons A Predictor of Functional Decline and Death. 2012;():1-10. doi:10.1001/archinternmed.2012.2782 Living Alone and Cardiovascular Risk in Outpatients at Risk of or With Atherothrombosis Living Alone and Cardiovascular

Accéder au Dossier Perte d'Autonomie du Patient âgé – Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème