Vous recherchez une actualité
Actualités

GRIPPE AVIAIRE H5N1: L'OMS confirme un 2è décès en Egypte

Actualité publiée il y a 9 années 11 mois 6 jours
OMS-ECDC

Ce sont deux décès, au 5 janvier, de la grippe aviaire H5N1, qui sont maintenant confirmés par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Un second décès intervenu en Egypte vient donc s’ajouter au premier décès de la province de Hong Kong, déjà annoncé dans les médias. Déjà les Centers for Disease Control (CDC) américains contrôlent les voyageurs en provenance de Chine.

· Le patient égyptien, âgé de 42 ans, tombé malade le 16 décembre, hospitalisé dans un état critique avait été traité par oseltamivir (Tamiflu) dès le 21 décembre, indique l’OMS. L'homme est décédé le lendemain, ce qui porte le nombre de cas d’infection à virus H5N1 à 157 en Egypte et le nombre de décès à 55. Dans ces chiffres sont inclus les 38 cas et 15 décès survenus en 2011. Le Laboratoire central égyptien de santé publique a confirmé le virus H5N1. Une enquête a révélé que la victime avait été exposée à des volailles malades et mortes.

· L’OMS revient également au 5 janvier sur le cas recensé en Chine, à à Shenzhen près de Hong Kong. Agé de seulement 39 ans, le patient avait été hospitalisé, dans un état critique, le 25 décembre avec des symptômes de grippe depuis le 21 décembre. Il est décédé le 31décembre. La Chine compte maintenant 41 cas confirmés H5N1 et 27 décès liés au virus. C’est le premier décès constaté en 2011. Là encore l’infection à H5N1 a été confirmée par le laboratoire de Guangdong. Une enquête de l’OMS est toujours en cours sur les circonstances d’exposition du patient au virus.

Ces deux infections et décès portent à 576 le nombre total d'infections à H5N1 et à 339 le nombre de de décès. Selon l'OMS, le nombre de cas d'infection à H5N1 et de décès rapportés en 2011 à ce jour serait légèrement plus élevé qu'en 2010 (60 cas contre 48, et 33 décès contre 24).


La source aviaire privilégiée : Dans un rapport complémentaire, l'European Center for Disease Control and Prevention (ECDC) évalue les risques liés au décès chinois, à la demande de la Commission européenne. L'ECDC explique que le virus qui a infecté l'homme est étroitement lié à des souches récemment découvertes chez des oiseaux sauvages à Hong Kong. Les résultats suggèrent que le patient a été infecté d'une source aviaire plutôt humaine. Néanmoins l'ECDC « réconforte » rappelant la faible transmissibilité du virus à l'Homme.

Alors que les autorités chinoises ont déjà pris des mesures de quarantaine et de prévention, les CDC réamorcent une surveillance des voyageurs en provenance de la Chine en vérifiant leur température corporelle et leur demandant des informations par questionnaire.

Autres actualités sur le même thème