Vous recherchez une actualité
Actualités

HYGIÈNE: Déodorant, êtes-vous certaine d'en avoir besoin?

Actualité publiée il y a 8 années 2 mois 3 semaines
Journal of Investigative Dermatology

Alors qu'environ 5% des personnes qui produisent une odeur ne mettent pas de déodorant…78% des personnes qui ne produisent pas d'odeur, utilisent quotidiennement un déodorant. Question de norme socioculturelle. Cette recherche originale, publiée dans l’édition du 17 janvier du Journal of Investigative Dermatology identifie ainsi une version particulière d'un gène qui supprime l’émanation de toute odeur sous les bras!

L'étude a été menée auprès de 6.495 femmes participant à l'étude cohorte « Children of the 90s study » menée à l'Université d Bristol. Les chercheurs constatent qu'environ 2% des mères présentent une version rare d'un gène particulier (ABCC11), qui supprime toute odeur sous les bras mais 78% d'entre elles utilisent un déodorant la plupart du temps. Pourquoi suivre inconsciemment une norme socioculturelle ? Le Pr Ian Day commente ce résultat qui peut paraître anecdotique : « Un quart des personnes sans odeur doivent consciemment ou inconsciemment s'en rendre compte, mais les trois quarts utilisent tout de même un déodorant, suivant inconsciemment une norme socioculturelle ». Un autre auteur commente l'utilisation de la génétique dans le choix des produits d'hygiène personnelle. Un test génétique simple pourrait renforcer la conscience de soi et économiser quelques achats inutiles surtout l'exposition inutile à des substances chimiques, comme les parabènes. La même variante génétique rare entraînerait un cérumen sec, plutôt que collant, un indicateur d'odeur ? Explication : Les glandes sudoripares produisent la sueur qui, associée à des bactéries induisent des odeurs. La production de ces odeurs dépend de l'activation du gène ABCC11, un gène qui peut donc être inactif chez certaines personnes (Voir schéma ci-contre). L'étude montre en effet que l'influence de ce gène s'avère beaucoup plus forte que les autres facteurs, comme l'âge ou l'hygiène.


Source: Journal of Investigative Dermatology 17 January 2013 doi:10.1038/jid.2012.480 Dependence of deodorant usage on ABCC11 genotype: scope for personalised genetics in personal hygiene (Visuel © Kaarsten - Fotolia.com)

Lire aussi: PARABÈNES: Les déodorants responsables de cancer du sein ? -

Autres actualités sur le même thème