Vous recherchez une actualité
Actualités

Le TRAVAIL à risque psychologique croissant?

Actualité publiée il y a 8 années 10 mois 1 semaine
ANSES

Ne pas travailler ou perdre son emploi favorise la dépression. Mais ce rapport scientique conclut que, dans le monde du travail aussi, les troubles mentaux sont de plus en plus présents et représentent aujourd’hui plus d’un problème de Santé au travail sur 5. Chez les femmes, la dépression, le stress ou les violences au travail explosent. Ce sont les conclusions de ce nouveau rapport scientifique de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) qui alerte sur cette augmentation particulièrement forte dans certains secteurs comme l’administration ou le secteur de la santé et du social.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ces données sont issues des consultations effectuées depuis 2001, par les 32 centres de consultation de pathologie professionnelle (CCPP) en France coordonnés en un Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (rnv3p), coordonné lui-même par l'Anses. Ces données sont complétées par celles des services de santé au travail du régime général, de la MSA ou de la fonction publique.


Ce sont près de 120.000 problèmes de santé au travail recensés entre 2001 et 2009 dont 47.768 pathologies considérées par les experts en lien possible, probable ou certain avec le travail. Au total, plus de 200.000 consultations ont été enregistrées sur la période par le réseau, soit environ 15.000 nouvelles consultations chaque année.

Les Femmes de plus en plus touchées par les troubles mentaux en lien avec le travail: Si les pathologies en relation avec le travail les plus fréquemment signalées, pour les hommes et les femmes, sont les pathologies respiratoires (24 %), les troubles mentaux et du comportement - pathologies ou symptômes psychiques tels que dépression, anxiété - (22 %) marquent une progression impressionnante, en particulier chez les Femmes. Chez les Femmes, ce sont avec les pathologies cutanées et les troubles musculo-squelettiques (TMS), la source principale des problèmes de Santé au travail (29%). Viennent ensuite les pathologies cutanées (17 %), les maladies ostéo-articulaires (16 %), les tumeurs (7,6 %) et les pathologies de l'audition (5,6 %) (Voir schéma ci-contre).

Depuis 2001, ces pathologies ou symptômes psychiques sont en constante augmentation chez les hommes mais surtout chez les femmes. L'augmentation la plus importante est observée dans les secteurs de l'immobilier-location et des services aux entreprises, de l'administration publique, des activités financières, et des autres services collectifs et sociaux personnels. Viennent ensuite les secteurs de la santé et du commerce...Bref, ces pathologies psychiques sont très présentes, aussi, dans le secteur public.

A noter, dans le secteur de la santé et de l'action sociale, les troubles mentaux ont très fortement augmenté (8 % en 2001 à 37 % en 2009).

Depuis quelques années, une augmentation des TMS est également constatée dans l'ensemble des secteurs d'activité, en particulier dans l'administration publique (2006) et le secteur de la santé (2007).

A chaque secteur ses pathologies ? Plus de consultations pour des pathologies respiratoires dans les secteurs de l'industrie extractive, des services collectifs et des industries manufacturières, pour des pathologies dermatologiques dans les secteurs de la santé et de l'action sociale, pour TMS dans les secteurs des services domestiques, de l'hôtellerie et de la restauration, des administrations publiques, pour pathologies psychiques dans les secteurs du tertiaire et pathologies de l'audition dans les secteurs de la construction et de l'administration publique, aujourd'hui le réseau permet de suivre les « points faibles » en matière de Santé au travail de chaque grand secteur d'activité. Il permet ainsi de mieux cibler des objectifs prioritaires de prévention.

Autres actualités sur le même thème