Vous recherchez une actualité
Actualités

Les SAGES-FEMMES: Pour un statut à la hauteur de leur exercice

Actualité publiée il y a 8 années 1 semaine 6 jours
Profession

Ce mardi 4 octobre, les sages-femmes, vrais premiers recours de la Femme enceinte, sont à nouveau dans la rue à l'appel de l'Organisation nationale des syndicats de Sages-Femmes, de l’Association nationale des Sages-Femmes libérales et d’autres syndicats, pour revendiquer une reconnaissance et une autonomie réelle de leur profession.

Les requêtes de la profession se sont manifestées à de nombreuses reprises déjà à travers des mobilisations régulières depuis les premières discussions de la Loi Hôpital. Pourtant, la Sage-femme est une professionnelle de la santé maternelle et infantile, de la santé reproductive, et de la santé périnatale. C'est l'une des quatre professions médicales, un statut toujours aussi peu reconnu. Cette profession au statut méconnu a pourtant des compétences médicales très particulières, accompagnées de nombreuses responsabilités médicales et légales, un rôle important de conseil, d'éducation et de prévention qui se doit d'être à la portée de son interlocutrice, la mère, avec patience calme et sérénité.


Les Sages-Femmes revendiquent donc le statut qui va avec leur exercice et les moyens d'assurer un suivi obstétrical et gynécologique et un soutien continus des femmes en bonne santé :

Favorables aux maisons de naissances (à expérimenter sous rattachement à des établissements de gynécologie-obstétrique), à une moindre technicité de l'accouchement, à un accès plus libre au plateaux techniques des maternités pour les sages-femmes libérales, à l'accès à des salles d'accouchement « physiologique », les Sages-Femmes veulent d'abord pouvoir répondre, dans leur exercice, aux souhaits des parents, en toute sécurité et prendre toute leur place dans le suivi obstétrical et gynécologique des femmes.

Revenus tout comme responsabilités doivent être revalorisés car les Sages-Femmes pratiquent plus des deux tiers des accouchements en France. Dans le public, le salaire annuel moyen d'une sage-femme de plus de 40 ans est compris entre 34.000 € et 42.300 € et, dans le privé, il reste plutôt proche de 30.000 €. Des honoraires plutôt à la baisse, puisqu'entre 2008 et 2009 le montant des honoraires des sages-femmes a diminué de 0,6 % et relativement dispersés. Ainsi, 10 % des sages-femmes libérales percevraient moins de 17.000 €. Plus de moyens et plus de Sages-Femmes, car leur responsabilité va bien au-delà de l'accouchement et jusqu'à l'accompagnement des couples. Cela passe par l'augmentation du nombre de sages-femmes formées, tout comme l'autonomie et la reconnaissances passent par des formations autonomes et distinctes de la filière médecine.

C'est donc une "vraie politique de diversification de l'offre de prise en charge", avec "une promotion de la sage-femme comme premier recours de la femme enceinte" que réclament les professionnelles de la périnatalité.

Il faut rappeler et le Plan périnatalité et son concept « humanité, proximité, sécurité, qualité » et souligner la place toute particulière recommandée par la Cour de Comptes dans son rapport sur la gestion de la Sécurité sociale. Une position qui va dans le même sens, puisque la Cour des comptes suggère de renforcer leur rôle de professionnels de premier recours pour le suivi des femmes en bonne santé.

Infos pratiques: RDV à 11 H Parvis de la gare Montparnasse- Cortège en direction du Ministère de la Santé

Autres actualités sur le même thème