Vous recherchez une actualité
Actualités

NEURO: Les cerveaux des bilingues vieillissent moins vite

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 2 semaines
Annals of Neurology

Parler 2 langues ralentit le vieillissement du cerveau ou le déclin cognitif, confirme cette étude écossaise. Et même si l’apprentissage de la seconde langue est tardif, à l’âge adulte. Conclusions dans les Annals of Neurology.

Parler plusieurs langues tient la démence à distance, avait déjà suggéré cette étude de l'Université d'Edinbourg, qui estimait à 5 ans le délai « gagné » sur le développement du déclin cognitif chez les personnes bilingues ou trilingues. Le bilinguisme peut donc améliorer la cognition et retarder la démence chez les personnes âgées. Mais l'apprentissage d'une nouvelle langue permet-il d'améliorer les fonctions cognitives de base ? Cette étude est la première à examiner si l'apprentissage d'une seconde langue impacte la performance cognitive plus tard dans la vie.


Le Dr Thomas Bak, chercheur au Centre pour le vieillissement cognitif de l'Université d'Edimbourg, a analysé les données de 835 personnes ayant l'anglais pour langue native, participant à la cohorte écossaise Lothian Birth Cohort. Ces participants ont passé un test d'intelligence en 1947 à l'âge de 11 ans puis vers 70 ans. 262 participants ont déclaré pouvoir s'exprimer dans au moins une autre langue que l'anglais. 195 avaient appris cette seconde langue avant 18 ans, 65 après 18 ans.

L'analyse montre que,

· les participants au moins bilingues présentent de meilleures capacités cognitives que « la moyenne » au même âge,

· les effets les plus significatifs sont observés en intelligence générale (Q.I.) et en lecture,

· ces effets sont constatés quel que soit l'âge d'apprentissage de la seconde langue.

Ces résultats tiennent bien compte, donc, des capacités cognitives « de départ » (ici à 11 ans), avant l'apprentissage de la seconde langue et font la démonstration que le bilinguisme, même acquis à l'âge adulte, est associé à un retard du déclin cognitif lié à l'âge. Peut-être, un futur outil, ludique et utile, pour lutter contre le vieillissement cérébral ?

Source : Annals of Neurology (In Press) via Eurekalert (AAAS) Speaking 2 languages benefits the aging brain

Lire aussi : ALZHEIMER: Parler plusieurs langues tient la démence à distance(Visuel@ © Stuart Miles - Fotolia.com)

Autres actualités sur le même thème