Vous recherchez une actualité
Actualités

RECHERCHE 2012: Quand la science vainc la paralysie

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 3 semaines
The Lancet-Science

L’année 2012 aura été marquée par le développement du « Bionique » conduit par la pensée avec le développement spectaculaire des neuroprothèses. Des avancées qui, paradoxalement et humblement, s’inspirent toujours plus de l’étude de la nature et de ses mécanismes. De manière plus immédiate, la chirurgie et la thérapie cellulaire ont aussi fait leurs preuves de concept en 2012, pour vaincre la paralysie. Ainsi, le 17 décembre dernier, le Lancet dévoilait un bras robotisé, commandé par le seul cerveau d’une patiente paralysée, grâce à des électrodes, et qui lui permettait, après quelques semaines de formation seulement, d’attraper et de déguster un morceau de chocolat. Une entreprise dont les prémices, présentées en mai 2012, par les U.S. National Institutes of Health, qui suggère, que dans les années qui viennent, des patients paralysés pourront atteindre et saisir des objets grâce à un bras robotisé par la pensée. Une avancée extraordinaire qui pourrait permettre aux personnes paralysées par une lésion de la moelle épinière, un AVC ou encore des troubles neuromusculaires, de recouvrer une certaine autonomie et d’améliorer leur qualité de vie.

Des neuroprothèses qui pourraient bien fonctionner un jour sur piles, avec « notre » glucose interne, si l'on en croit ce développement de MIT, publié en juin dernier, dans la revue PLoS ONE.


Dans l'attente de l'application clinique de ces neuroprothèses, d'autres techniques ont fait leur preuve de concept en cette année 2012. Ainsi, le "nerve bypass" – présenté en mai dernier dans le Journal of Neurosurgery- qui consiste à contourner le site de la lésion en reconstruisant la liaison nerveuse du dessous de la lésion jusqu'au-dessus, a redonné l'usage de son bras à un homme tétraplégique et redonne également espoir aux patients atteints de graves blessures à la moelle épinière. Il y a eu aussi cette greffe, de chercheurs de Cambridge, de cellules olfactives, capable de restaurer le mouvement, chez un chien, atteint d'une grave lésion de la moelle épinière. L'étude, publiée dans la revue Brain montre qu'il est aussi possible, par thérapie cellulaire, de restaurer des mouvements coordonnés après une paralysie.

Autres actualités sur le même thème