Vous recherchez une actualité
Actualités

RÉTENTION URINAIRE: Le cas de Mme V., 10 ans après 2 accouchements difficiles

Actualité publiée il y a 3 années 5 mois 2 semaines
Cas patient

Madame V., âgée de 38 ans, qui pèse 65 kg pour 1m75, est adressée en consultation urodynamique pour bilan d’une rétention urinaire chronique liée à une vessie acontractile. Après 2 accouchements difficiles, Madame V. présente une rétention et une incontinence urinaire par regorgement.


Antécédents médico-chirurgicaux :

- Pyélonéphrite à 8 mois de grossesse

- Traumatisme cervical et lombaire post-chute de cheval compliquée de sciatique bilatérale/manipulation par un ostéopathe efficace

- Migraines

Antécédents gynéco-obstétricaux :

- 2 accouchements par voie naturelle en 2011 et 2014 (3 kg 7 et 3 kg 3) :

o Travail long et difficile pour le 1er accouchement + grande épisiotomie + épisode de rétention ayant nécessité une sonde urinaire à demeure pendant 15 jours

o Pour le second accouchement : déchirure vaginale + épisiotomie + épisode de rétention des urines nécessitant des hétéro-sondages intermittents

- Fausses couches : 2

Traitement : contraception orale

Recueil clinique :

La patiente a été adressée en consultation urodynamique par son urologue pour faire le point sur ses épisodes de rétention urinaire. Elle présente :

- une incontinence urinaire par regorgement pour laquelle elle utilise des protections périodiques de type TENA à raison de 3 à 4 par jour.

- une anesthésie vésicale qu'elle gère par des mictions programmées.

· Les hétéro-sondages ont été arrêtés sur des volumes résiduels moyens de 180 ml.

· Elle ne ressent pas la progression du besoin.

· La miction est déclarée facile.

· Le jet urinaire est perçu faible mais continu.

· La fréquence des programmations varie de 5 à 10 par jour.

· Pas de lever nocturne.

· Elle ne perçoit pas la qualité de la vidange vésicale.

· L'ECBU présenté est infecté à E. Coli.

· Elle ne se plaint d'aucun trouble génito-sexuel.

· Le transit est satisfaisant pour des apports hydriques estimés à 1 litre 2 par jour.

Examen clinique neurologique, étude des réflexes et aspect du périnée :

Le périnée présente une trophicité normale. On observe un déroulement minime de la paroi antérieure du vagin et plus conséquent en postérieur. Tous les réflexes périnéaux sont présents. Il y a absence d'anomalie sensitive, réflexe ou motrice aux membres inférieurs. Le testing musculaire périnéal très faible (1/5), épuisable.

Bilan urodynamique :

La vessie est de grande capacité, totalement anesthésiée, hypercompliante. La valeur du profil urétral est très élevée et instable. On observe une absence de la relaxation urétrale à la tentative de miction. La rétention des urines est complète.

Propositions :

· Une ordonnance de traitement antibiotique est remise à la patiente pour traiter l'infection,

· L'éducation aux auto-sondages est privilégiée pour préserver le haut appareil urinaire : le geste est bien fait en consultation. L'hygiène des mains et périnéale est respectée. Une documentation d'éducation aux auto-sondages est remise à la patiente. Des auto-sondages toutes les 4 heures sont recommandés, avec une hydratation minimale de 1 litre 1/2 par jour. Une ordonnance de sondes urinaires est donnée à la patiente.

· Une échographie vésico-rénale avec étude des parois vésicales statique et dynamique est prescrite à la patiente.

· La patiente devra veiller à avoir un transit intestinal régulier.

· Les protections sont adaptées à l'importance des épisodes de fuites urinaires (ici, TENA Lady Extra ou Extra Plus : pour fuites modérées – absorption 4 à 5 gouttes correspondant à une absorption théorique de 500 à 580ml).

Auteur: Dr Lamia Fourni Consultation d'urodynamique Unité de Gériatrie Aiguë Hôpital Antoine-Béclère, Clamart (AP-HP)

Pour en savoir plus sur l'Incontinence


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages