Vous recherchez une actualité
Actualités

RHUME: Les vasoconstricteurs par voie orale doivent être délivrés sur prescription

Actualité publiée il y a 5 années 3 mois 3 semaines
Académie nationale de Médecine

En cas de rhume, le médecin peut être conduit à prescrire, le pharmacien à conseiller et le patient à utiliser certains médicaments appelés décongestionnants nasaux. Ces médicaments ont un effet uniquement symptomatique dans les états congestifs des rhinites aiguës et s’utilisent, soit par voie orale (pseudoéphédrine, phényléphrine), soit par voie nasale (éphédrine, phényléphrine, oxymétazoline, naphazoline, tuaminoheptane). Actuellement, en France, les formes nasales de ces vasoconstricteurs sont toutes soumises à prescription alors que les formes orales sont toutes en vente libre.


Une vasoconstrictionnasale mais aussi systémique : Sur le plan pharmacodynamique, il s'agit de vasoconstricteurs qui agissent, tant au niveau central que périphérique, comme des sympathomimétiques directs (activant les récepteurs alpha et/ou beta adrénergiques) ou indirects (majorant, comme les amphétamines, la libération des catécholamines et de la sérotonine). Ils déterminent donc une vasoconstriction nasale, améliorant ainsi l'obstruction nasale (effet pharmacologique recherché), mais aussi une vasoconstriction systémique (faisant courir le risque d'hypertension artérielle et / ou de vasospasme artériel, cérébral ou coronarien par exemple).

Au niveau cardiaque, des effets très rares » mais « graves » et imprévisibles : Au niveau cardiaque, ces médicaments exercent des effets inotropes, chronotropes, dromotropes et bathmotropes positifs. La connaissance de leurs propriétés pharmacodynamiques de base suggère donc leur association à certains risques cardiovasculaires et / ou neurologiques [1]. En effet, ces médicaments déterminent des effets indésirables, liés à leur mécanisme d'action, comme une hypertension artérielle, des syndromes coronariens aigus, des troubles du rythme cardiaque ou des accidents vasculaires cérébraux [2, 3]. Les données de Pharmacovigilance montrent que ces effets indésirables déclarés sont certes « très rares » (< 1/1 million de boites vendues) mais « graves » et dans tous les cas imprévisibles. Ils surviennent tant avec les formes orales que nasales et, dans certains cas, dans le cadre d'un mésusage (non-respect de la posologie ou durée, association de deux vasoconstricteurs, utilisation chez l'enfant, dépendance, surdosage) [2].

En faveur d'une délivrance des vasoconstricteurs administrés per os sur ordonnance : Après avoir analysé l'ensemble des données de pharmacologie fondamentale et clinique concernant ces médicaments et procédé à l'audition d'experts, l'Académie nationale de médecine recommande que les vasoconstricteurs administrés per os soit par voie orale, qui ont une balance bénéfice – risques moins favorable que les vasoconstricteurs administrés par voie nasale, soient délivrés uniquement sur ordonnance.

Auteurs: Jean-Paul Giroud, Jean-Louis Monstastruc – Académie nationale de Médecine

Lire aussi : RHINITES, Aturgyl, Actifed…: Attention aux effets cardiaques et neurologiques des vasoconstricteurs! -

Biblio

[1] Laccourreye O, Werner A, Giroud JP, Couloigner V, Bonfils P, Bondon-Guitton E Benefits, limits and danger of ephedrine and pseudoephedrine as nasal decongestants. Eur Ann Otorhinolaryngol Head Neck Dis. 2015;132:31-4

[2] Olivier P, Dugué A, Montastruc JL. Adverse cardiovascular and central neurologic reactions to sympathomimetics used as nasal decongestants: results of the French National Pharmacovigilance Survey. Therapie. 2003;58:361-6.

[3] Montastruc F, Montastruc G, Taudou MJ, Olivier-Abbal P, Montastruc JL, Bondon- Guitton E. Acute coronary syndrome after nasal spray of oxymetazoline. Chest 2014 Dec;146(6):e214-5.

Autres actualités sur le même thème