Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAGISME : Découverte d'un mécanisme clé de la dépendance à la nicotine

Actualité publiée il y a 8 années 12 mois 2 jours
Nature

Des chercheurs du Scripps Research Institute ont identifié un récepteur dans le cerveau qui régule la vulnérabilité d'un individu à l'accoutumance à la nicotine. Ces résultats très importants qui suggèrent une nouvelle cible pour de nouvelles thérapies anti-tabac, qui augmenteraient notre résistance naturelle à la dépendance, viennent d’être publiés dans l’édition avancée en ligne de la revue Nature.

Les scientifiques du « Scripps » (basée à La Jolla, Californie) ont examiné les effets d'une partie d'un récepteur qui répond à la nicotine dans le cerveau. Les scientifiques ont constaté que les modèles animaux présentant une mutation génétique inhibant ce récepteur consommaient beaucoup plus de nicotine que la normale. Cet effet pourrait être inversé en stimulant l'expression de cette sous-partie du récepteur.


«Ces nouvelles données permettent une nouvelle compréhension des modes de motivation de consommation de nicotine et des voies du cerveau qui régulent la vulnérabilité à la dépendance au tabac", explique le Professeur Paul Kenny, associé du Scripps Research et directeur de cette étude. "Ces résultats définissent également une cible prometteuse pour le développement de nouvelles thérapies anti-tabac."

Cette nouvelle étude axée sur cette sous-partie du récepteur nicotinique α5, dans une voie du cerveau appelé le tractus habenulo-interpédonculaire suggère que la nicotine active les récepteurs nicotiniques contenant cette sous-unité dans la habenula, située elle-même dans l'épithalamus (Voir schéma ci-contre) qui déclenche une réponse qui agit pour refreiner l'envie de consommer plus de nicotine. "C'était inattendu que la habenula et les structures du cerveau avec lesquelles elle interagit, jouent un rôle fondamental dans la lutte contre le désir de consommer la nicotine», explique Christie Fowler, premier auteur de l'étude. "La habenula semble activée par la nicotine lorsque sa consommation a atteint un niveau indésirable. Mais si la voie ne fonctionne pas correctement, le fumeur continue à consommer plus.

Des données qui expliquent pourquoi les personnes ayant une variation génétique dans cette sous-partie du récepteur nicotinique α5 sont beaucoup plus vulnérables aux propriétés addictives de la nicotine, et beaucoup plus susceptibles de développer des maladies associées au tabagisme comme le cancer du poumon et les maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC). "

Plus de cinq millions de personnes meurent chaque année du tabagisme, aujourd'hui considéré comme la cause de plus de 90% des décès par cancer du poumon. Si la tendance à fumer peut être « héritée » avec plus de 60% du risque de devenir dépendant à la nicotine lié à des facteurs génétiques, ces résultats pourraient un jour conduire à une aide thérapeutique pour stimuler cette sous-partie du récepteur nicotinique α5 et diminuer les propriétés addictives de la nicotine.