Actualités

TROUBLES CARDIAQUES : Plus ou moins d’activité physique ?

Actualité publiée il y a 1 année 5 mois 1 semaine
PLOS Medicine
Pour les patients atteints de maladies cardiovasculaires, plus d'activité physique serait plutôt bénéfique et "sans limite" particulière si ce n'est celle d'une activité adaptée (Visuel Adobe Stock 297250441)

Pour les patients atteints de maladies cardiovasculaires, plus d'activité physique serait plutôt bénéfique, assure cette équipe du Radboud University Medical Center (Pays-Bas). L’analyse conclut, dans la revue PLOS Medicine, qu’une activité physique modérée à vigoureuse est bien associée, chez ce groupe spécifique de patients, à une réduction des risques de maladies chroniques et de mortalité.

 

Jusque-là on ignorait, ou presque, si les problèmes cardiovasculaires peuvent affecter la relation entre l'activité physique et les résultats de santé. Cette étude suggère que, si la réduction des risques pour les individus en bonne santé plafonne à des niveaux d'activité physique plus élevés, les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires n'ont pas de limite en termes de bénéfices supplémentaires, sous condition de pratiquer une activité adaptée.

Problèmes cardiovasculaires, activité physique et résultats de santé

Les chercheurs ont souhaité mieux comprendre cette relation pour préciser la pratique optimale de l’exercice physique chez ces patients diagnostiqués avec des problèmes cardiovasculaires. Les chercheurs ont évalué l'association entre l'activité physique, les événements cardiovasculaires indésirables majeurs, les décès et les résultats de santé, via l’analyse des données de 167.729 participants à la cohorte Lifelines. L’analyse montre que :

 

  • l'augmentation de l'activité physique réduit le risque de mortalité dans tous les groupes ;
  • chez les personnes en bonne santé, les bienfaits pour la santé associés à la pratique de l’exercice, semblent se stabiliser au-dessus d'un seuil d'activité physique ;
  • chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires, les chercheurs n'ont trouvé aucune preuve d'une limite supérieure d'activité physique au-dessus de laquelle il n'y a plus d’avantage supplémentaire pour la santé.

 

Les patients atteints de maladies cardiovasculaires devraient donc être encouragés pratiquer plus, une activité physique adaptée. Les recommandations de pratique d'activité physique ne devraient pas suivre une approche unique mais mieux personnalisée, la pratique et le type d'activité « devant » dépendre, entre autres facteurs, de la santé cardiovasculaire du sujet, concluent les auteurs.

Autres actualités sur le même thème