Vous recherchez une actualité
Actualités

Troubles respiratoires du SOMMEIL, risque accru de décès par cancer

Actualité publiée il y a 7 années 4 mois 18 heures
American Thoracic Society

Les troubles respiratoires du sommeil (apnée, ronflements) déjà associés à un risque accru d'événements cardiovasculaires et aux troubles psychopathologiques, viennent d’être associés, aussi, et pour la première fois à un risque accru de décès par cancer, selon cette étude de l'Université du Wisconsin présentée à l'International Conference de l’American Thoracic Society (ATS) de San Francisco.

« De récentes études in vitro et sur l'animal ont montré que des épisodes répétés d'hypoxie ou approvisionnement insuffisant en oxygène sont associés à un développement accéléré du cancer », explique le Pr F. Javier Nieto, président du Département des Sciences de la santé à l'Université du Wisconsin. «Nos résultats suggèrent que ces troubles respiratoire du sommeil sont également associés à un risque accru de décès par cancer chez l'Homme ».


Les chercheurs ont étudié, sur 22 ans, les données de mortalité d'une cohorte sur les troubles du sommeil, portant sur 1.522 sujets dont les troubles respiratoires ont été évalués par polysomnographie au début de l'étude. Après ajustement pour l'âge, le sexe, l'indice de masse corporelle, le tabagisme et autres facteurs, la présence et la sévérité des troubles respiratoire du sommeil sont significativement associés et de manière dose-répondante à la fois à la mortalité toutes causes confondues et à la mortalité par cancer. Par rapport aux sujets sans troubles respiratoires, le risque relatif ajusté de mortalité par cancer est

· avec troubles légers : RR : 1,1 soit un risque accru de 10%,

· avec troubles modérés : RR : 2,0

· avec troubles sévères : RR : 4,8

Dans une autre étude, qui sera également présenté lors de la conférence ATS 2012, une recherche expérimentale montre que l'effet de l'hypoxie intermittente sur la progression du cancer est nettement plus important chez les souris maigres que chez les souris obèses. Ici, on retiendra l'association entre troubles respiratoires du sommeil, comme le SAOS et risque élevé de décès par cancer.

Source: American Thoracic Society 2012 International Conference “Obstructive Sleep Apnea And Cancer Mortality: Results From The Wisconsin Sleep Cohort Study" (Schéma INSV, vignette Réseau Morphée)

Lire aussi, du même congrès: APNÉE de l'Enfant: Un traitement précoce inverse les anomalies cérébrales

Autres actualités sur le même thème