Vous recherchez une actualité

Actualités

ALZHEIMER: L'enzyme qui frappe toujours deux fois

Actualité publiée il y a 6 années 2 mois 1 jour
The Journal of Neuroscience

Cette enzyme BACE1, connue pour favoriser la formation des plaques toxiques β-amyloïde dans la maladie d'Alzheimer est aussi responsable d’un autre mécanisme jusque-là ignoré. Ces chercheurs du Sanford-Burnham Medical Research Institute (La Jolla, Californie) montrent, dans leur recherche publiée dans l’édition du 15 août du Journal of Neuroscience, que BACE1 est également responsable d’un autre mécanisme qui entraîne, aussi, un déficit cognitif.

Le Pr Huaxi Xu, professeur au Sanford-Burnham Medical Research Institute rappelle que si les causes sous-jacentes de la maladie d'Alzheimer ne sont pas encore entièrement comprises, l'accumulation de β-amyloïde, cette protéine toxique pour les cellules nerveuses, en fait partie. Or la formation de β-amyloïde est liée à l'activité de plusieurs enzymes dont la fameuse BACE1. La plupart des patients atteints de maladie d'Alzheimer présentent ainsi des niveaux élevés de BACE1. Mais ces chercheurs constatent que BACE1 est une enzyme à double effet. Non seulement elle contribue à la production de β-amyloïde, mais régule également un autre processus cellulaire qui contribue à la perte de mémoire. Conclusion, inhiber BACE1 pour prévenir ou traiter la maladie d'Alzheimer ne sera pas suffisant, il faudra empêcher les cellules de fabriquer BACE1. « La perte de mémoire est un gros problème, non seulement dans la maladie d'Alzheimer, mais plus largement avec le vieillissement de la population», rappelle le Pr Xu Huaxi, Ph.D. « Il nous a fallu comprendre le rôle complet de BACE1 dans la perte de mémoire, en dehors de la production de β-amyloïde ». Les chercheurs ont utilisé un modèle de souris qui produit la BACE1 humaine et montrent que l'enzyme, si elle est incapable de produire des β-amyloïdes humaines, entraîne quand même des troubles de l'apprentissage et de la mémoire. En fait, alors qu'une protéine kinase dans le cerveau, la protéine A (PKA) connue également pour son rôle dans le métabolisme cellulaire, joue également un rôle clé dans la formation de la mémoire, ici, l'équipe constate que BACE1 perturbe la production des molécules nécessaires à la fonction PKA. Par ce mécanisme, BACE1 inactive PKA et inhibe donc la formation de la mémoire chez la souris, même en l'absence de β-amyloïde neurotoxique. BACE1 est un double coup dur pour la mémoire, expliquent les auteurs. Une thérapie qui vise BACE1 pourrait être, a contrario, à double impact contre la maladie d'Alzheimer, et même contre la perte de mémoire « normale » liée au vieillissement. "C'est pourquoi nous recherchons des moyens de bloquer totalement l'expression de BACE1 dans le cerveau".

Autres actualités sur le même thème

Pages