Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER: Voyager dans l'espace pourrait ramollir le cerveau

Actualité publiée il y a 5 années 11 mois 3 semaines
PLoS ONE

Allo Houston, nous avons un problème, interpelle cette étude qui montre que les voyages spatiaux sont nocifs pour le cerveau. Cette étude publiée dans l’édition du 31 décembre de la revue PLoS ONE montre que le rayonnement cosmique galactique représente une menace importante pour les futurs astronautes et entraînerait une neurodégénérescence plus rapide, accélérant les processus biologiques dans le cerveau qui contribuent au développement de la maladie d'Alzheimer.

Le Pr M. Kerry O'Banion, professeur à l'Université de Rochester Medical Center (URMC) au Département de neurobiologie, l'auteur principal de l'étude ajoute : « L'exposition aux radiations dans l'espace peut donner lieu à des problèmes de santé connus tels que le cancer mais des niveaux de rayonnement équivalant à ceux d'une mission vers Mars pourrait entraîner des problèmes cognitifs et accélérer les changements dans le cerveau typiques de la maladie d'Alzheimer ». Le Pr O'Banion travaille avec la NASA sur le système nerveux central depuis plus de 8 ans.


Le champ magnétique terrestre protège la planète et les gens en orbite, des particules radioactives. Cependant, une fois que les astronautes quittent l'orbite, ils sont exposés à une véritable douche de particules. Et si les astronautes peuvent être protégés contre les radiations dangereuses associées aux éruptions solaires, il y a d'autres formes de rayonnement cosmique qui ne peuvent être bloqués. Ainsi, les auteurs donnent l'exemple d'une forme particulière de rayonnement lié aux particules de masse élevée et de haute charge (high-mass, high-charged (HZE) particles). La masse de ces particules, propulsées dans l'espace à des vitesses très élevées par la force des explosions des étoiles combinée avec leur vitesse, leur permet de pénétrer des objets solides tels qu'un mur ou un blindage de protection. Un défi connu de la NASA qui prévoit des missions vers un astéroïde lointain en 2021 et sur Mars en 2035. Un aller-retour vers la planète rouge, en particulier, qui pourrait prendre jusqu'à trois ans.

Le rayonnement accélère la neuro-dégénérescence : Depuis plus de 25 ans, la NASA finance des recherches pour déterminer les risques potentiels pour la santé des voyages dans l'espace, à la fois pour développer les moyens de se protéger et en fin de compte pour savoir s'il est possible d'envoyer des hommes et des femmes sur ces missions de longue durée. De nombreuses études ont montré le risque de cancer, de maladies cardiovasculaires, musculo-squelettiques. L'étude dès aujourd'hui pour la première fois examine l'impact potentiel du rayonnement cosmique sur la neuro-dégénérescence. Les chercheurs ont spécifiquement voulu examiner si oui ou non l'exposition aux radiations a le potentiel d'accélérer certains indicateurs biologiques et cognitifs de la maladie d'Alzheimer, en particulier chez les personnes qui pourraient être prédisposées à développer la maladie. Les auteurs ont choisi d'étudier l'impact sur des souris modèles de la maladie d'Alzheimer, exposés à différentes doses de rayonnement, dont à des niveaux comparables à ceux auxquels seraient exposés des astronautes. Après une série de tests cognitifs, les chercheurs constatent que les souris exposées à des rayonnements échouent plus fréquemment, suggérant une atteinte neurologique plus précoce. Les cerveaux des souris montrent également des signes d'altérations vasculaires et une accumulation plus élevée de protéine bêta-amyloïde, l'une des caractéristiques de la maladie.

«Ces résultats montrent clairement que l'exposition au rayonnement dans l'espace a le potentiel d'accélérer le développement de la maladie d'Alzheimer», conclut l'auteur. S'il y a peu de chance que nous fassions un jour partie du voyage, c'est un vrai facteur de risque que devra prendre en compte la NASA pour ses futures missions.

Source: PLOS ONE 31 Dec 2012 10.1371/journal.pone.0053275 Galactic Cosmic Radiation Leads to Cognitive Impairment and Increased Aβ Plaque Accumulation in a Mouse Model of Alzheimer's Disease

Lire aussi : LONGÉVITÉ: Et si voyager dans l'espace pouvait prolonger la vie? -

Autres actualités sur le même thème

Pages