Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS: Du risque familial d'intoxication du petit enfant

Actualité publiée il y a 3 années 12 mois 2 jours
ANSM

Ce risque d’intoxication des enfants, au cannabis, par ingestion accidentelle a déjà été soulevé par plusieurs études américaines révélant des centaines de cas recensés dans les états en ayant légalisé l’usage médical. Aujourd’hui, c’est l’Agence française du médicament qui alerte contre ce risque « familial », en augmentation et qui touche majoritairement le petit enfant âgé de moins de 2 ans. Il ne faut pas sous-estimer les dangers liés à l’ingestion de cannabis et la gravité de ces intoxications qui conduisent très souvent à une hospitalisation de plus de 24 heures.


L'ANSM relève également pour la France donc, une hausse des signalements d'intoxications pédiatriques au cannabis depuis 2014. Ces intoxications touchent principalement les enfants de moins de 2 ans et font le plus souvent suite à l'ingestion accidentelle de cannabis dans l'environnement familial. Au total,

· le réseau d'addictovigilance a rapporté 140 notifications d'intoxications pédiatriques au cannabis entre 2010 et 2014, dont 59 en 2014.

· 120 ont débouché sur des hospitalisations de 24 heures ou plus,

· 9 cas graves ont mis en jeu le pronostic vital de l'enfant et entraîné une admission en réanimation pédiatrique ou en soins continus.

· le nombre d'hospitalisations en relation avec le cannabis chez les enfants de moins de 10 ans, majoritairement chez les moins de 2 ans, est également en forte hausse, avec 615 cas, survenus principalement en 2013 (151 cas) et 2014 (247 cas) (Base PMSI).

Un cannabis de plus en plus fort en THS: Cette hausse des intoxications pédiatriques s'explique à la fois par l'augmentation de la consommation en population générale et par l'augmentation des teneurs en tétrahydrocannabinol (THC). Des teneurs multipliées par 3 environ depuis 15 ans.

Face aux signes possibles d'une telle intoxication : L'Agence recommande d'effectuer une analyse toxicologique en présence de troubles respiratoires (apnée) ou neurologiques (somnolence, ataxie, tremblements) inexpliqués. Les manifestations cliniques fréquentes décrites sont en effet des troubles cardiaques, ventilatoires et neurologiques.

Un cadre familial ou « au sein de l'entourage proche » est majoritairement documenté dans ces rapports de cas d'intoxications. Au vu de ces résultats, l'ANSM attire l'attention des professionnels de santé et du grand public sur les risques que présente l'ingestion de cannabis par le nourrisson ou l'enfant et sur la nécessité de prévenir immédiatement en cas d'ingestion ou de suspicion d'ingestion de cannabis, les structures d'urgences (Samu Centres 15).

Autres actualités sur le même thème