Vous recherchez une actualité
Actualités

CRYPTOCOCCOSE et VIH: Cibler les cellules titan qui protègent Cryptococcus

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 2 semaines
Eukaryotic Cell

Les cellules géantes appelées « cellules titan » produites par le champignon Cryptococcus neoformans le « protègent » durant son processus d’infection. Ce champignon entraîne la cryptococcose, responsable de milliers de décès chez les personnes infectées par le VIH ou plus généralement chez les patients immunodéprimés. Cette découverte de deux chercheurs de l’Université du Minnesota soutenus par les NIH, à paraître dans l’édition de juin de la revue Eukaryotic Cell, qui associe cette infection à la présence de ces cellules titan, va permettre de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques contre ces infections causées par Cryptococcus. La cryptococcose, rappellent les auteurs, est une infection grave, provoquée par le champignon Cryptococcus neoformans, une levure capsulée, qui touche particulièrement les patients immunodéprimés. Le VIH est l’un des principaux facteurs favorisant l’infection et 2 à 20% des personnes infectées contracteront la cryptococcose, soit parce qu’elles ignorent leur séropositivité, soit en cas de trithérapie insuffisante. Les auteurs estiment ainsi que Cryptococcus est responsable de 650.000 décès chaque année chez les patients atteints du sida et de plus de décès en Afrique sub-saharienne que la tuberculose. La cryptococcose peut toucher également les patients sous chimiothérapie et les patients ayant subi des greffes d'organes.

« Alors que la plupart des individus en bonne santé sont résistants aux infections à Cryptococcus, le champignon peut être mortel en cas de système immunitaire déjà affaibli », résume le Dr Nielsen, auteur principal de l'étude. L'infection est contractée par inhalation, touche d'abord les poumons puis peut se propager au cerveau et entraîner une méningite. Des cellules d'une taille énorme : Les chercheurs, le Pr Kirsten Nielsen du département Microbiologie et le Pr Laura Okagaki, de l'Université du Minnesota montrent que ces cellules « titan » ou cellules liées au Cryptococcus font 10 à 20 fois la taille d'une cellule normale, une taille si énorme qu'elles ne peuvent être détruites par le système immunitaire. Les chercheurs constatent également que la présence de ces cellules titan protège les cellules Cryptococcus. « La formation de ces cellules titan est donc un aspect important de l'interaction entre hôte (l'être humain) et le Cryptococcus qui entraîne l'infection», explique le Pr Nielsen. « Cette information va nous aider à trouver de nouvelles façons de traiter les infections à Cryptococcus difficiles à traiter avec les médicaments actuellement disponibles ».

Autres actualités sur le même thème