Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE et alimentation: Gare à la charge acide des protéines animales

Actualité publiée il y a 5 années 4 semaines 1 jour
Inserm et Diabetologia

Moins de viande et moins de produits laitiers acides pourrait contribuer à réduire son risque de diabète de type 2. Car cette étude des chercheurs de l’Inserm, publiée le 12 novembre dans la revue Diabetologia, montre qu’une alimentation riche en protéines animales (et donc acidifiante) augmenterait sensiblement le risque, et jusqu’à le doubler, chez les femmes non obèses.

Alors que la prévention reste au cœur de cette Journée mondiale du Diabète 2013, du 14 novembre, qu'en France, la prévalence du diabète a considérablement augmenté (de 2,6% à 4,4% pour le diabète traité) au cours de la dernière décennie, que la maladie touche aujourd'hui 2,9 millions de personnes et que son coût global de prise en charge dépasse les 12 milliards d'euros, toute mesure de prévention, en particulier par simple modification de facteurs de mode de vie est précieuse.


L'acidité alimentaire peut doubler le risque de diabète de type 2 : Parmi les facteurs reconnus de diabète, l'obésité et l'alimentation, au cœur de cette étude des Drs Guy Fagherazzi et Françoise Clavel-Chapelon de l'Inserm (Paris). Leur recherche a évalué la relation prospective entre la charge d'acide alimentaire, la charge acide rénale potentielle (PRAL-voir courbe ci-contre), la production endogène nette d'acide et le risque de diabète de type 2 sur une cohorte 66.485 femmes participant à la cohorte EPIC, suivies durant 14 ans.

· Au cours du suivi, 1.372 cas de diabète de type 2 ont été diagnostiqués.

· L'analyse constate qu'une charge acide rénale plus élevée, précisément situé dans les niveaux les 25% plus élevés constatés en population générale, est associée à une augmentation significative du risque de diabète de type 2 (par rapport au premier quartile).

· Cette augmentation du risque lié à la charge acide peut atteindre 56%.

· L'association s'avère encore plus forte chez les femmes ayant un IMC< 25 kg/m2 (dont font partie les femmes de poids normal) soit une augmentation du risque de diabète de 96%,

· que chez les femmes obèses, soit une augmentation de 28%.

L'étude suggère ainsi et pour la première fois que la charge acide alimentaire est associée à un risque accru de de diabète de type 2, indépendamment des autres facteurs de risque connus.

Moins de viande et de produits laitiers : En pratique, ces nouvelles données indiquent l'opportunité d'opter pour un régime alimentaire avec une charge acide faible pour prévenir le développement du diabète, c'est-à-dire, et encore une fois, de limiter sa consommation de certains aliments comme les viandes, les viandes préparées, le fromage ou encore certains produits laitiers à l'effet acidifiant.

Autres actualités sur le même thème

Pages