Vous recherchez une actualité
Actualités

FIBROMYALGIE: L'hypersensibilité aux événements non-douloureux fait partie aussi de la pathologie

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 1 semaine
Arthritis & Rheumatology

Cette recherche par imagerie de l'Université du Colorado à Boulder montre que les patients souffrant de fibromyalgie ont une hypersensibilité à des événements non-douloureux. Ces travaux, publiés dans la revue Arthritis & Rheumatology révèlent en effet des anomalies du cerveau en réponse à la stimulation sensorielle non-douloureuse. Les patients atteints de fibromyalgie ressentent ainsi une hypersensibilité et un désagrément accrus en réponse à une stimulation négative, visuelle, auditive et/ou tactile. Des conclusions à prendre en compte dans le diagnostic et l’évaluation de la maladie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La fibromyalgie est un syndrome musculo-squelettique chronique caractérisée par des douleurs diffuses, affectant environ 2% de la population. Ce syndrome douloureux est associé à une fatigue devenue chronique, des troubles du sommeil, des colopathies, des céphalées, etc … ce qui en fait une pathologie complexe et souvent invalidante. La maladie touche majoritairement les femmes, avec un sexe-ratio de 9:1. De précédentes études ont déjà suggéré, en plus de la sensibilité à la douleur, une tolérance réduite aux stimuli sensoriels, chez les patients atteints de fibromyalgie. Cette étude confirme, via IRM, cette hypersensibilité aux événements non-douloureux.


Leschercheurs utilisent ici l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour évaluer la réponse du cerveau à la stimulation sensorielle chez 35 femmes, âgées en moyenne de 47 ans, atteintes de fibromyalgie, depuis en moyenne 7 ans et 25 témoins en bonne santé, appariés pour l'âge. L'analyse montre que :

· Les patientes atteintes rapportent un niveau de désagrément augmenté en réponse à la stimulation multisensorielle dans les activités de la vie quotidienne.

· L'IRMf montre une activation réduite des zones visuelles et auditives primaires et secondaires du cerveau et une activation accrue dans les zones d'intégration sensorielle, des anomalies cérébrales qui « médient » le désagrément accru à la stimulation visuelle, auditive et tactile.

L'étude apporte ainsi de nouvelles preuves que les patients fibromyalgiques présentent une réponse altérée à la stimulation multisensorielle, non douloureuse. Les observations de l'activation corticale anormale associée à la douleur auto-déclarée du patient suggère de nouvelles cibles pour les traitements par neurostimulation chez les patients fibromyalgiques.

Autres actualités sur le même thème