Vous recherchez une actualité
Actualités

HORLOGE BIOLOGIQUE: Elle fait aussi la performance sportive

Actualité publiée il y a 5 années 10 mois 4 jours
Current Biology

On comprend de mieux en mieux pourquoi « être en phase » avec son horloge biologique est d’une importance primordiale pour la santé, on apprend ici que l’horloge biologique de l’athlète impacte sa performance sportive à hauteur de 26% en fonction de l’heure de la compétition. Ainsi, plus largement, la performance physique de chacun d’entre nous varie au cours de la journée et ce qui compte vraiment n’est pas l’heure exacte mais notre heure biologique interne. Un nouvel effet d’horloge décrypté dans la revue Current Biology.

Que les sportifs, les athlètes et les entraîneurs se le tiennent pour dit, alors qu'une différence de quelques centièmes peut faire la différence à haut niveau de compétition, mieux prendre en compte, lorsque c'est possible cette heure biologique interne. L'étude pose quelques questions, alors que de précédentes recherches ont suggéré que les meilleures performances personnelles des athlètes sont toujours dans la soirée. Mais ces athlètes étaient-ils « du matin » ou « du soir » ?


A chaque phénotype circadien, son pic de performance : Le phénotype circadien de chacun évolue de l'enfance à l'adolescence puis à l'âge adulte, il existe de vraies différences entre les individus, en fonction de leurs habitudes de sommeil. Les chercheurs de l'Université de Birmingham (UK) ont cherché à les évaluer, en caractérisant les phénotypes circadiens de plus de 120 athlètes, à l'aide d'un nouveau test. Ils ont ensuite sélectionné 20 athlètes représentatifs d'un cycle éveil/sommeil précoce, médian et tardif puis évalué l'endurance cardiovasculaire avec un test de fitness standard à 6 heures différentes de la journée.

· Ces mesures révèlent une variation considérable, de 26%, de la performance individuelle au cours de la journée, en fonction du phénotype. Le meilleur indicateur étant le temps qui sépare l'éveil de la performance.

Ainsi, un lève-tôt sera « meilleur » en début d'après-midi, un couche-tard plus tard dans la soirée.

Des données qui confirment ce qu'on a pu éprouver : Finalement ces résultats confirment une association entre la performance physique, l'heure de la performance et le phénotype circadien. Des données qu'on a pu éprouver, simplement, dans nos activités de routine et qui pourraient s'avérer utiles au quotidien.

Accomplir la meilleure performance passe donc par la connaissance et la prise en compte de son horloge biologique, et peut-être, écrivent les auteurs, devrions-nous détourner un peu le regard de la montre pour mieux ressentir notre rythme biologique interne…

Source: Current Biology Jan 2015 DOI: 10.1016/j.cub.2014.12.036 The Impact of Circadian Phenotype and Time since Awakening on Diurnal Performance in Athletes

(Visuel@Roland Brandstaetter)

Lire aussi: HORLOGE BIOLOGIQUE: Les 2 pics essentiels de la journée -

Autres actualités sur le même thème