Vous recherchez une actualité
Actualités

INSUFFISANCE RÉNALE : FGF-23, l'hormone qui prédit le risque cardiaque

Actualité publiée il y a 8 années 1 semaine 4 jours
Journal of the American Society of Nephrology

Une simple analyse de sang pourrait identifier les patients insuffisants rénaux chroniques à risque de troubles cardiaques ou de décès. Car le taux d'une hormone dans le sang, la FGF-2, est bien lié, chez ces patients, au risque de maladies cardiaques, au besoin de dialyse ou au taux de décès prématuré, selon cette étude publiée dans l’édition du 7 septembre du Journal of the American Society of Nephrology (JASN). Un simple test sanguin, basé sur cette hormone, pourrait permettre d’identifier les patients nécessitant un traitement précoce et améliorer leur qualité de vie et leur survie.

Chez les patients atteints de maladie rénale chronique, les taux sanguins d'une hormone appelée facteur de croissance des fibroblastes-23 (FGF-23) augmente en simultané avec la déficience de la fonction rénale. Les chercheurs se sont demandé si les niveaux de FGF-23 pouvaient également prédire quels patients vont développer des problèmes cardiaques, le principal facteur de risque de décès de ces patients atteints de maladie rénale chronique, doivent être mis sous dialyse ou ont un risque de décès prématuré.


Des taux élevés de FGF-23 liés au risque cardiaque: Le Dr. Jessica Kendrick et le Dr. Michel Chonchol de l'Université du Colorado ont mesuré les niveaux de FGF-23 dans le sang de 1.099 patients atteints de néphropathie chronique avancée répartis en 4 groupes en fonction de ces niveaux.

453 (41%) patients sont décédés, 215 (20%) ont eu un événement cardiovasculaire et 615 (56%) ont dû entreprendre une dialyse. En comparaison avec le plus faible quartile de FGF-23, chaque quartile supérieur présente un risque de décès augmenté, soit, respectivement par ordre croissant de niveaux de FGF-23 :

· 2d quartile : HR : 1,24 IC : 95% de 0,91 à 1,69, soit un risque de décès après ajustement augmenté de 24%

· 3è quartile : HR : 1,76 IC : 95% de 1,28 à 2,44, soit un risque de décès augmenté de 76%

· 4è quartile : HR : 2,17 IC : 95% de 1,56 à 8,03.

Comparé avec le quartile le plus faible, les deux quartiles les plus élevés sont associés à un risque significativement élevé d'événements cardiovasculaires et d'initiation de dialyse. En conclusion, après une moyenne de 2,9 années de suivi, les chercheurs constatent que des niveaux élevés de FGF-23 sont liés à des troubles cardiaques, la nécessité de traitement par dialyse, et de taux de décès augmentés. Ces conclusions suggèrent que les taux sanguins en FGF-23 peuvent être utilisés pour guider les thérapies chez les patients atteints de néphropathie chronique.

Source: Journal of the American Society of Nephrology September 7, 2011, doi: 10.1681/ASN.2010121224 "Elevated FGF-23 Associates with Death, Cardiovascular Events and Dialysis Initiation," (Schéma Société de Néphrologie)

Lire aussi: INSUFFISANCE RENALE : HTA ET DIABETE, premiers tueurs du rein -

Autres actualités sur le même thème