Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉDECINE RÉGÉNÉRATIVE: Les cellules souches sont-elles éternelles?

Actualité publiée il y a 8 années 1 mois 3 semaines
Nature Communication

Quelques grammes de muscle prélevés sur 16 patients décédés, quelques cellules souches encore vivantes, identifiées, pour certaines d’entre elles, 17 jours après le décès. Ce sont des chercheurs français, de l’Institut Pasteur, qui se sont attaqués au défi de l'accès aux cellules souches, à leur viabilité, qu’elles proviennent d'individus sains ou malades ou décédés, et à leur capacité à régénérer des tissus lésés dans le cadre de thérapies cellulaires. Dans un premier temps c’est un nouveau champ de recherche en biologie, mais à plus long terme ces travaux, publiés dans Nature Communications, pourraient ouvrir une nouvelle source cellulaire inépuisable pour la médecine régénérative.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les chercheurs de l'Institut Pasteur et d'autres universités françaises sont parvenus à isoler des populations viables et fonctionnelles de cellules myogéniques humaines jusqu'à 17 jours post-mortem, et en provenance de la souris, jusqu'à 14 jours post-mortem.


Les cellules souches musculaires isolées des tissus post-mortem s'avèrent enrichies comme par une faculté de survie spécifique par rapport à d'autres types cellulaires. Cultivées, ces cellules souches se multiplient par millions, une fois transplantées, les cellules souches musculaires parviennent même à régénérer efficacement les tissus musculaires.

Les cellules identifiées sont en état de quiescence cellulaire, une phase durant laquelle le cycle cellulaire se fige et la cellule arrête de se diviser. Elles se trouvent alors en situation d'hypoxie (privation d'oxygène), ou d'anoxie sévère (manque de dioxygène). Les cellules adoptent un état de latence réversible, caractérisé par une activité métabolique réduite avant la prochaine division cellulaire, un état qui semble propice à maintenir la viabilité de ces cellules souches et leur capacité de régénération. « Un parallèle peut être établi avec les conditions pathologiques où les cellules doivent faire face à des carences sévères avant d'entrer à nouveau dans le cycle cellulaire pour régénérer le tissu ou l'organe endommagé », explique Fabrice Chrétien de l'Institut Pasteur. « Quand le muscle entre en phase aigüe de lésion, la distribution d'oxygène est très perturbée. Nous avons même constaté que les cellules souches musculaires en anoxie (privées d'oxygène) à 4°C survivaient mieux que celles qui avaient été exposées régulièrement à l'oxygène ambiant ».
Ces travaux vont permettre de constituer des ressources cellulaires pour mieux pouvoir, dans un premier temps, étudier la biologie des cellules souches et à beaucoup plus long terme pallier à la pénurie de tissus et cellules et ouvrir une nouvelle source cellulaire précieuse pour les thérapies cellulaires, la médecine régénérative, et les greffes de cellules souches hématopoïétiques. Car les chercheurs ont aussi isolé des cellules souches de moelle osseuse, qui survivent jusqu'à 4 jours après le décès.

Source: Nature Communication doi:10.1038/ncomms1890 Published 12 June 2012 « Skeletal muscle stem cells adopt a dormant cell state post mortem and retain regenerative capacity

Accéder aux dernières actualités sur les Cellules souches et Institut Pasteur « Cellules souches post-mortem : un état dormant pour mieux revivre… plus tard » (Vignette Cellules souches hématopoïétiques)

Autres actualités sur le même thème