Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ chez l'Ado: Le rôle très délicat des parents

Actualité publiée il y a 6 années 4 mois 5 jours
Journal of Nutrition Education and Behavior

Créer un environnement de vie sain à la maison, soutenir et encourager ses adolescents à des changements de comportement positifs (régime alimentaire équilibré et pratique de l’exercice) apparaît plus efficace que de communiquer directement sur des questions liées au poids avec ses enfants ados, conclut cette étude de l’Université du Minnesota publiée dans l’édition de novembre du Journal of Nutrition Education and Behavior. Cette étude américaine qui met en lumière la façon dont les parents peuvent aider leurs enfants à atteindre un mode de vie sain et échapper à l’obésité, prend place dans un contexte de prévalence très élevée de l’obésité, aux Etats-Unis, où, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), environ 28% des adolescents sont en surpoids. Aux Etats-Unis, 1 parent sur 5 devra ainsi réfléchir à la manière d’encourager son enfant à réduire son surpoids, mais en Europe la question se pose aussi pour de nombreux parents. Car les auteurs rappellent que les adolescents en surpoids ou obèses ont, au-delà de la stigmatisation et de ses conséquences psychosociales négatives, un risque accru de comorbidités dont le diabète de type 2, associées au surpoids. L’épidémie d’obésité infantile, implique de réfléchir et d’intégrer aux programmes d’intervention, des orientations spécifiques pour les parents d'adolescents en surpoids.

Parce que les parents d'adolescents en surpoids rencontrent des problèmes spécifiques, les chercheurs de l'Université du Minnesota se sont posé deux questions logiques : « Quelles sont ces questions spécifiques? » et « Quels conseils apporter à ces parents ? » et les ont posées à 27 adolescents âgés de 12 à 19 ans, et leurs parents. Les parents soulèvent les difficultés rencontrées à communiquer efficacement avec leur adolescent sur les questions liées au poids et au surpoids. Ils font part de leur incapacité à contrôler les décisions de l'adolescent concernant son alimentation et la pratique d'une activité physique. Ils s'inquiètent du bien-être physique et mental de l'adolescent et se sentent directement responsables de son surpoids. Ce qui « fonctionne le mieux », selon les parents interrogés, c'est d'offrir un environnement familial sain, où la famille adopte des comportements sains, et d'encourager et soutenir les adolescents en cas de changements de comportement positifs. Shira Feldman, chercheur diététicien et co-auteur de l'étude, explique : «Les parents d'adolescents en surpoids et obèses ont un rôle important à jouer mais se retrouvent souvent dans un dilemme, d'un côté l'inquiétude pour la santé physique et l'équilibre psychologique de leur enfant, et de l'autre côté, le besoin essentiel d'autonomie de l'adolescent ». Le Pr Kerri Boutelle, professeur de pédiatrie et de psychiatrie ajoute qu'il est important pour les parents de se rappeler que leur adolescent pourrait avoir une réponse émotionnelle négative, comme la déprime ou la colère, si les parents l'interrogent ou lui parlent directement de son poids. Il est donc préférable de suggérer à l'adolescent d'adopter ou de partager un mode de vie sain, en adoptant ce style de vie au niveau familial, en étant des parents en forme et qui pratiquent eux-aussi une activité physique et en proposant des repas sains et équilibrés.


Source: Journal of Nutrition Education and Behavior doi:10.1016/j.jneb.2011.12.005 November 2012 Parenting an Overweight or Obese Teen: Issues and Advice from Parents (Visuel © apops - Fotolia.com)

Lire aussi : OBÉSITÉ chez les jeunes: Le style de vie fait le risque -

Accéder à nos dossiers- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Diabète et insulinothérapie : Tout savoir sur les types 1 et 2

Le diabète, une priorité de santé publique


Interstitiel escarre

Interstitiel hydrot boostclosure

* Temps de fermeture de l’ulcère avec HydroTac® : moins de 15 semaines alors que les données de la littérature montrent que 40-60% des ulcères nécessitent 20 à 24 semaines pour cicatriser. (1) Mikosiński, J. et al. Clinical assessment of a foam dressing containing growth factor-enhancing hydrated polyurethanes. J Wound Care.2018;27(9):608-18. HydroTac® : DM de classe IIb – Fabricant : PAUL HARTMANN AG – Organisme notifié : CE 0123. Lire attentivement les instructions figurant dans la notice (et/ou sur l’étiquetage). Remboursé par les organismes d’assurance maladie : consultez les modalités sur le site www.ameli.fr. Réf : 14122018. Date de création : Décembre 2018

Autres actualités sur le même thème

Pages